Burkina : Au moins un million de personnes ont le diabète

773 0

Le 14 novembre 2018, le monde commémorera la journée internationale de lutte contre le diabète. En prélude à cette journée, le Lion’s club a organisé une conférence publique pour prévenir et combattre le diabète à l’endroit des élèves de l’Ecole Nationale de Santé Publique (ENSP), futurs agents de santé. C’était le mardi 13 novembre 2018 à Ouagadougou.

Les statistiques du diabète sont assez alarmantes. A en croire le conférencier, Dr Alassane Zoungrana, diabétologue, à travers le monde, 425 millions de personnes vivent avec le diabète. Au Burkina Faso, c’est environ un million de personnes qui ont le diabète. « Mais quand nous regardons  les structures qui prennent en charge les personnes qui ont le diabète, nous n’avons même pas 300 000 personnes que nous suivons. Ça se rapproche de ce que l’OMS rapporte que 80% des personnes qui sont diabétiques en Afrique ne le savent pas, parce qu’elles n’ont pas accès au dépistage », explique-t-il.

Pour le conférencier, la meilleure arme de lutte contre le diabète, reste la prévention. Le Lion’s club Ouaga impact centenaire en est conscient aussi, c’est pourquoi il a organisé la présente conférence publique et fait de cette journée de lutte contre le diabète son combat. Le Lion Rimon Hajjar, gouverneur du district 403-A3, a indiqué qu’ils (Ndlr, les Lions), ne comptent pas mener des activités seulement à l’occasion de la journée internationale du diabète. « Les lions club sont engagés à lutter contre le diabète pour toujours jusqu’à ce que cette maladie soit un mauvais souvenir », a souligné Rimon Hajjar.

La conférence publique à l’endroit des élèves de l’ENSP, futurs agents de santé ne sera pas la seule activité pour la lutte contre le diabète. Il y’aura « des activités de sensibilisation et de dépistage au sein de la banque d’insuline située à Ouaga 2000 derrière le Lycée les Lauréats », ont annoncé les Lions.

 Avec le thème « Rôle et responsabilités des agents de santé dans l’éducation et la prévention du diabète », le Dr Alassane Zoungrana a indiqué que les futurs agents de santé sauront comment prévenir le diabète sucré et comment faire de l’éducation aussi bien pour les personnes qui ne sont pas diabétiques, que  pour celles qui le sont afin qu’elles puissent vivre mieux.

Irmine KINDA

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre