Youthconnekt, une plateforme pour booster l’employabilité des jeunes

434 0

Youthconnekt est une plateforme de mise en commun des initiatives de jeunes. Débutée au Rwanda, l’expérience séduit les autres pays africains et le Burkina Faso emboite le pas en lançant Youthconnekt Burkina. Elle a été présentée au cours d’un dîner avec la presse ce jeudi 6 décembre 2018 à Ouagadougou en présence de l’ambassadeur de la France et la représentante du système des Nations Unies au Burkina.

 Youthconnekt, réseau africain de promotion, de partage d’expérience, d’opportunité d’emploi, de financements de projets de jeunes, expérimenté  au Rwanda en premier, s’élargit aux autres pays africains.

Metsi Makhetha, représentante du système des Nations Unies au Burkina

« Les jeunes qui ont adhéré ont reçu beaucoup de financements de la part d’investisseurs de l’extérieur », dit Metsi Makhetha, représentante du système des Nations Unies au Burkina, qui par ailleurs a félicité le Burkina d’avoir adhéré au réseau qui vise à créer un écosystème africain pour promouvoir la culture, des valeurs de vivre ensemble, de leadership, de l’entreprenariat africain.

Le ministre de la jeunesse,  Smaila Ouédraogo dit trouver en cela une opportunité pour les jeunes Burkinabè, non seulement de bénéficier des financements d’investisseurs du monde entier qui s’intéressent aux initiatives de jeunes africains, mais aussi un moyen de partage d’expérience avec d’autres pays à l’échelle de l’Afrique.

«Vous avez remarqué, il y a moins d’un mois, nous avons mis en contact un ensemble de jeunes talentueux qui ont des projets… Tous ces jeunes ont bénéficié du soutien  du ministère. Mais ils sont arrivés à un niveau de besoin qui est tel que  nous ne pouvions plus, les capacités au niveau de l’Etat  ne permettent pas de les accompagner jusqu’au bout, regrette-t-il. Alors qu’on est convaincu de leurs initiatives. Leurs initiatives sont porteuses. Ce qui nous a amenés à créer une plateforme pour mettre ces jeunes talentueux en contact avec ceux qui ont l’argent et qui ont besoin de fructifier leur argent ».

A l’en croire, cette plateforme est différente de toutes celles que le ministère de la jeunesse a mises en place en termes d’emploi pour jeunes. « A travers cette plateforme, un jeune Burkinabè qui veut  savoir quels sont les emplois disponibles au Burkina Faso et à l’extérieur, peut s’informer ».

La plateforme, annonce toujours le ministre, sera pilotée par des jeunes et coordonnée sous sa tutelle. Dans les semaines à venir, un appel à recrutement sera lancé à cet effet.

Et Metsi Makhetha, de rappeler la nécessité de recruter une expertise pour la gestion du projet. Car selon elle, c’est un programme qui nécessite un changement de mentalité,  un changement de paradigmes.

« On connait comment nos administrations marchent », a-t-elle laissé entendre. « Ce n’est pas une manière de critiquer, c’est juste pour dire qu’il y a un besoin d’une expertise, il faut agir de manière différente». Il est donc préférable pour elle que le projet soit géré par un œil extérieur. « On n’a pas droit à l’échec, on sait que ailleurs ça  a marché ».

Cette expérience à succès au Rwanda devra à terme développer la culture entrepreneuriale chez 3 3120 jeunes burkinabè d’ici à 3 ans.

Le Youthconnekt Burkina se décline sous  trois composantes d’activités. Le « Hangout » est l’une des composantes de la plateforme . Il servira d’interconnexion des jeunes lors des fora d’échanges via les réseaux sociaux. Le « Business Chalenge » mettra en compétition des jeunes promoteurs d’idées novatrices en compétition pour l’élaboration de leur plan d’affaires. Enfin,  « Burkina Youth days » seront des cadres de rencontre, de sensibilisation de jeunes autour de thématiques  ayant attrait au patriotisme, au civisme, au développement local.

Revelyn SOME

Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Article du même genre