Noë 2018 à Ouaga : Les institutions financières prise d’assaut

Noël 2018 à Ouaga : Les institutions financières prises d’assaut

531 0

Le 25 décembre 2018, les catholiques du monde célèbrent la naissance de Jésus Christ. Une occasion de réjouissance et une opportunité pour les commerçants de faire de bonnes affaires. Un constat ce lundi 24 décembre 2018 dans la ville de Ouagadougou.

La fête de Noël est présente dans la ville de Ouagadougou, la veille. Ainsi, au niveau de l’église Cathédrale, ce sont les vendeurs de guirlandes, des jouets pour enfants, des sapins, des crèches, des grottes et divers autres articles qui accueillent des clients venus de divers horizons pour la circonstance.

Tapsoba Patrick, vendeur de décoratif pour la Noël devant l’église de la Cathédrale, a affirmé que  les affaires sont moyennement acceptables cette année. Il a confié que cela fait plus de 9 ans  qu’il fait ce travail. A quelques heures de la fête de la nativité, Tapsoba Patrick a déploré la lenteur du marché  de cette année.

Brice Ilboudo vendeur de décoratif pour la Noël devant l’église de la Cathédrale
Brice Ilboudo, vendeur de décoratif pour la Noël devant l’église de la Cathédrale

« Les clients apprécient bien nos œuvres, mais n’ont pas les moyens de s’en procurer. Il nous arrive de vendre sans chercher de bénéfice afin qu’ils puissent faire leur fête. Ce sont les crèches qui marchent le plus car les enfants n’imaginent pas la fête de Noël sans ça », a-t-il expliqué. Toujours devant l’église de la Cathédrale, Brice Ilboudo, un autre vendeur de crèches, a aussi déploré le manque de marché. Sur 60 crèches, il lui reste une vingtaine. Les prix des crèches tournent de 2 000 à 15 000 FCFA.

Par ailleurs, à l’orée de fête de Noël, les clients ont pris d’assaut les institutions financières. Dans les guichets et dans les distributeurs de billets, c’est la croix et la bannière pour les clients pour se procurer de l’argent en ces temps de fête.

Les structures bancaires sont submergées par les clients. Sambo Tiemtoré, au distributeur de la BOA sur Kwame NKrumah, a expliqué que cela fait 3 heures qu’il est dans le rang pour pouvoir retirer de l’argent. «  Si je ne gagne pas l’argent, la fête ne sera pas bonne pour moi et ma famille », a-t-il fait savoir.

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre