Nafona : « Un signal clair de l’autorité de l’Etat doit être donné »

Nafona : « Un signal clair de l’autorité de l’Etat doit être donné »

797 0

A la suite des nombreuses condamnations après les évènements de Yirgou, l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) a, le lundi 14 janvier 2019 à Ouagadougou, condamné « les tristes » événements de Yirgou « indignes des valeurs de cohésion et de fraternité », socle du vivre ensemble. Outre Yirgou, l’APMP a eu une pensée à l’endroit des victimes de Gasseliki dans la commune de Arbinda.

Sur les événements de Yirgou, par la voix de Adama Kanazoé, Président de l’AJIR, les membres de l’APMP ont encouragé la justice à poursuivre ses investigations en toute indépendance afin de situer au plus vite les responsabilités et faire en sorte que ces actes ne restent pas impunis. Mais dit-il, le « drame » de Yirgou vient rappeler à tous les Burkinabè, « la fragilité du tissu social et commande de [leur] part, un sens élevé de patriotisme et de responsabilité ».

Dans la même veine, l’APMP a condamné les événements de Nafona dans la commune de Soubakaniédougou dans les Cascades où deux policiers ont été lynchés « dans l’exercice de leur fonction », le 12 janvier 2019. Selon la majorité, ces décès sont « inacceptables » et les coupables doivent être sanctionnés. Pour Adama Kanazoé, « l’incivisme dans sa pire forme s’est manifesté » dans cette localité et, affirme-t-il, « un signal clair et net de l’autorité de l’Etat doit être donné ».

Le « drame »  de Yirgou est intervenu dans le passage de 2018 à 2019 qui a été « particulièrement éprouvant » pour le Burkina Faso avec les multiples attaques sur des positions des forces armées nationales, soutient l’APMP. A cet effet, l’Alliance a appelé à l’unité pour venir « à bout de l’ennemi commun : le terrorisme ». « Rien n’est au-dessus du Faso et nous devons faire bloc autour de la mère patrie pour préserver l’Unité nationale », poursuit Adama Kanazoé.

Lors de son discours à la Nation le 31 décembre 2018, le Président du Faso, Roch Kaboré a appelé à une trêve sociale. Dans cette lancée, l’APMP a apporté son soutien au Président du Faso et invite les partenaires sociaux et l’ensemble du peuple « à faire front avec les chefs de l’Etat pour relever les nombreux défis qui assaillent notre peuple », commente le Président de l’AJIR.

Sur les nouvelles taxes adoptées par l’Assemblée nationale, les partis de la majorité ont appelé les Burkinabè « à plus de lucidité et d’objectivité ».  « Nous ne pouvons pas à la fois exiger des efforts de la part du gouvernement, explique Adama Kanazoé, et refuser que des mesures de mobilisation des ressources à travers l’amélioration de l’assiette fiscale soient envisagées ».

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Avatar

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre