Procès du putsch : Cinq accusés rappelés à la barre

834 0

L’audience du mercredi 16 janvier 2019 a été brève, très brève au Tribunal militaire. Elle été consacrée à la lecture des décisions sur les demandes de libération provisoire déposées par des accusés. Ainsi, des libertés provisoires ont été accordées à Minata Guelwaré et au soldat de 1ère classe Ly Amadou. Par contre, Yacouba Kinda, nouvellement inculpé dans le dossier, a vu sa demande être rejetée.

A la suite de l’incident du mardi 15 janvier 2019 après la décision du Président du Tribunal d’octroyer un autre tour de parole, pendant l’audition de Djibrill Bassolé, aux différentes parties présentes au Procès contre l’avis des avocats de l’accusé, l’audience a repris. Mais à la barre, le général Djibrill Bassolé n’y était pas. A en croire Me Olivier Yelkouni, son client reviendra. « Il y a eu un incident lié au départ de ses avocats. Après l’incident, l’intéressé reviendra à la barre avec ses avocats, sauf si le président décide autrement », précise l’avocat.

Qu’à cela ne tienne, à la reprise de l’audience le mercredi 16 janvier 2019, le Président du tribunal a annoncé le retour de cinq accusés à la barre. Il s’agit de l’Adjudant-chef major Badiel Eloi, de l’Adjudant Jean Florent Nion, du sergent-chef Koussoubé Roger, du caporal Dah Sami et du sergent-chef Laoko Zerbo Mohamed. Tous avaient déjà fait leur déposition à la barre, mais ils seront rappelés pour des « auditions complémentaires ».

Les auditions des cinq accusés cités vont clore la phase des interrogatoires. Pour que les avocats des prévenus puissent « se préparer », la séance a été suspendue et reprendra le lundi 21 janvier 2019. Mais bien avant la suspension, le président du Tribunal a annoncé que les accusés sergent Badoum Lamoussa et Yacouba Kinda seront jugés à une date ultérieure, lors d’une autre session.

A noter que Yacouba Kinda, commerçant, a été arrêté en novembre 2018 pour sa présumée implication dans le Coup d’Etat de septembre 2015. Un mandat d’arrêt international avait été lancé contre lui. Le nouvel accusé a reçu sa citation  à comparaître le 9 janvier 2019. Il est poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté, meurtre, coups et blesses volontaires. Quant au sergent Badoum Lamoussa, après s’être séparé de son avocat, un autre s’est constitué. Raison pour laquelle il sera jugé lors d’une autre session. 

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre