Burkina : Les quatre innovations de Christophe Dabiré

932 0

Le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré a dévoilé son gouvernement ce 24 janvier 2019 qui a immédiatement pris contact avec le Président du Faso dans l’après-midi. Il a révélé à l’issue de cette réunion, les innovations apportées à l’équipe.


1-L’insécurité et le terrorisme

Au moins 300 personnes ont perdu la vie depuis 2016. De nombreuses régions du Burkina sont atteintes par des attaques terroristes. L’état d’urgence a été décrété dans 14 provinces. La question de l’insécurité et du terrorisme est donc une priorité. Ce qui a expliqué la consécration du ministère de la défense en ministère d’Etat et est désormais occupé par Cheriff Sy, à la place de Jean-Claude Bouda.

« Le contexte sécuritaire est extrêmement difficile. Le premier responsable doit être mis en avant pour pouvoir assurer la sérénité au sein de nos forces de défense et de sécurité», a justifié Christophe Dabiré.

Toutefois, il a tenu à demander l’implication de l’ensemble des Burkinabè dans la lutte contre le terrorisme, estimant que le gouvernement et l’armée à eux seuls ne peuvent pas combattre seuls l’hydre.  « Il n’y a pas d’homme providentiel. Seul le peuple burkinabè lui-même, prenant conscience des réalités (…),  peut faire face aux différentes réalités que nous vivons », a-t-il justifié, insistant sur le fait que « la lutte contre le terrorisme, c’est une affaire de chacun des Burkinabè« .

« A partir du moment où un Burkinabè qui sait que son voisin commet un certain nombre d’exactions dans son pays et qui ne prend pas la responsabilité d’informer ceux qui doivent prendre les mesures, pour que la correction soit apportée, il est responsable du développement de ce terrorisme »

Christophe Dabiré, Premier ministre, le 24 janvier 2019

 

2- Cohésion et réconciliation nationales

L’un des défis de nouveau Premier ministre et du Président du Faso en général est l’effritement de la cohésion nationale, tant sur le plan social que politique. Voilà pourquoi le ministère de l’administration territoriale s’est vu greffer la tâche de la cohésion sociale, explique Christophe Dabiré.  La « cohésion sociale, c’est le socle sur lequel devraient se bâtir toutes les activités de développement », est-il convaincu. 

Il a par ailleurs expliqué que le Chef de l’Etat Roch Kaboré tenait à mettre la réconciliation nationale à son actif d’ici la fin de son mandat. Les attentions seront donc focalisées sur les dossiers en justice ainsi que l’aspect  politique.

Quant au front social, le nouveau locataire de Kossyam a annoncé que les partenaires sociaux, en l’occurrence les syndicats, seront vite appelés à la table du dialogue afin de prendre en compte leurs préoccupations.

3 – Le ministère de l’économie tourné vers le développement

Le Premier ministre a émis sa volonté de faire du département en charge de l’économie, un « ministère de développement ». A l’en croire, les efforts seront orientés vers la mobilisation des ressources afin d’actionner les grands projets qui tapissent le programme du Chef de l’Etat, notamment le Plan national de développement économique et social (PNDES). 

4 – Les langues nationales promues

Christophe Dabiré a indiqué que son gouvernement sera l’apôtre de la promotion des langues nationales. Ce qui explique que celles-ci ont été mises en évidence au niveau du ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, qui ajoute désormais les langues nationales à son appellation.

Synthèse de Abdou ZOURE

Burkina24

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre