Burkina : Le PNUD à la rencontre des journalistes

Dans le cadre de la mise en œuvre de son programme d’activités, le réseau « Initiatives des journalistes africains pour la coopération et le développement » (IJACOD), en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a organisé un atelier d’échanges sur le PNUD et son domaine d’intervention au Burkina Faso. C’était du 29 au 30 janvier 2019 à Ouagadougou avec cent journalistes et communicateurs issus des treize régions du Burkina Faso.

La suite après cette publicité

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) est l’une des plus anciennes institutions de développement des Nations Unies et est présent dans 170 pays du monde. Cependant, existant depuis 1965, il reste très peu connu. 

Lire également 👉Burkina : Des journalistes à l’école de la bonne gouvernance

C’est dans ce sens que le réseau « Initiatives des journalistes africains pour la coopération et le développement » (IJACOD), a organisé, en collaboration avec le PNUD, un atelier d’échange sur le PNUD et son intervention au Burkina Faso avec cent journalistes du 29 au 30 janvier 2019 à Ouagadougou. 

Durant deux jours, la centaine de participants venus des 45 provinces du Burkina Faso ont été outillés sur le PNUD, sa genèse, son évolution, ses missions, son mandat à l’ère de l’agenda 2030, son organisation, son fonctionnement et ses domaines d’intervention.

Dieudonné Kini, représentant le directeur pays du PNUD Burkina Faso à la cérémonie  de clôture

A l’issue de l’atelier, les participants ont formulé des recommandations. Il s’agit, entre autres, de l’organisation d’une formation sur la gouvernance et le changement climatique, la signature d’un partenariat entre le PNUD et IJACOD, l’instauration d’un prix PNUD sur la bonne gouvernance à l’endroit des journalistes et la mise en œuvre d’un projet promotion et prévention de la paix par la communication.

Le Secrétaire exécutif d’IJACOD, Jean Victor Ouédraogo, a espéré que ces recommandations ne vont pas dormir dans des tiroirs, « connaissant la réactivité du PNUD». Dieudonné Kini, représentant le directeur pays du PNUD Burkina Faso à la cérémonie de clôture, a souhaité que les journalistes et communicateurs puissent être des partenaires sur le terrain en matière de la consolidation de la paix et de la cohésion sociale. Concernant les recommandations, il a fait comprendre qu’elles feront l’objet d’étude.

Jules César KABORE

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page