Burkina : Des journalistes associés à la promotion et la protection de l’enfant

Le Secrétariat permanent du Conseil national pour l’enfance (CNE) veut associer davantage les journalistes à leurs activités. Un atelier d’échange et d’information a réuni, ce jeudi 29 août 2019 à Ouagadougou, une trentaine d’Hommes de médias. La rencontre a essentiellement porté sur la Stratégie nationale de protection de l’enfant (SNPE 2019-2023) au Burkina Faso.

La suite après cette publicité

Selon les projections démographiques de l’Institut national de statistique et de la démographie (INSD), en 2018, le Burkina comptait 11.089.641, soit 53,14% de la population totale dont 51,18% sont des filles.

Pour le Fonds monétaire international (FMI), 45% des enfants, soit près de 4.600.000 enfants et adolescents de moins de 18 ans au Burkina, ont été exposés ou affectés par les violences, l’exploitation et les abus. Parce qu’ils ou elles sont affectés par la pauvreté.

De même, la persistance des pratiques traditionnelles néfastes aggravent leur vulnérabilité. Ainsi, en 2014,  67,6% des filles et femmes de 15 à 49 ans, 11% des filles de moins 15 ans, ont été victimes de mutilations génitales féminines. Malgré des progrès enregistrés dans ce domaine.

Un nouveau référentiel pour actualiser le cadre de politique et stratégique

Le nombre des enfants et jeunes  vivant dans la rue est passé de 5.721 en 2010 à  9.313 enfants en 2016  dont 7.564 garçons et 1.749 filles, selon le Ministère en charge de la femme. Les violences faites aux enfants sont une réalité au « Pays des Hommes intègres ».

« Au regard de cette situation, le gouvernement s’est engagé dans l’élaboration d’une Stratégie nationale de protection de l’enfant (SNPE) », a expliqué Anselme Pierre Nikiéma, Directeur de Cabinet au Ministère en charge de la famille.

Ainsi, sous le leadership  de leur Ministère de tutelle, dit-il, et avec l’accompagnement des partenaires techniques dont l’UNICEF, le SP/CNE a conduit une démarche qui a permis de produire un document de stratégie (2019- 2023). L’adoption en 2019 de ce nouveau référentiel vise à actualiser, à renforcer et à mieux structurer le cadre de politique et stratégique de protection de l’enfant.

Huit problématiques prenant en compte 16 profils d’enfants à besoin de protection

« La diffusion de ce référentiel auprès des acteurs de la protection des droits de l’enfant constitue une importance capitale. Les hommes et les femmes de médias constituent un maillon essentiel dans cette diffusion de la SNPE et la lutte contre les violences, etc.

D’où l’organisation de la présente session d’information au profit des journalistes et animateurs », a indiqué le Secrétaire permanent du Conseil national pour l’enfance (SP/CNE), Adama Sondé. L’analyse situationnelle de protection de l’enfant dégage huit problématiques majeures. Elle prend en compte 16 profils d’enfants à besoin de protection.

Il s’agit des violences physiques, sexuelles et émotionnelles, les mutilations génitales féminines, le mariage d’enfants, la mobilité à risque des enfants, l’exploitation des enfants par le travail, l’insuffisance de protection des enfants en contact avec la justice, le faible enregistrement des naissances à l’état civil et le faible niveau de protection des enfants en situation d’urgence.

Noufou KINDO

Burkina 24

publicite


publicite

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page