Attaques à main armée à Ouagadougou : La Police nationale a réagi

Dans le cadre d’une mission spéciale entamée dans la ville de Ouagadougou depuis février 2021, la Police nationale a livré un bilan à mi-parcours ce 17 mars 2021. Il ressort de cette présentation que des individus portant des casques exerçaient des séries d’attaques à main armée dans des quartiers de Ouagadougou.

La suite après cette publicité

Depuis février 2021, la ville de Ouagadougou a connu un regain du grand banditisme. Cette situation a été marquée par de séries d’attaques à main armée, exercées surtout contre des expatriés et des gérants de boutiques « Orange Money ».

On se rappelle, entre autres, du meurtre de Nafissa Balima, gérante d’une boutique « Orange Money » à la date du 9 février 2021, ainsi que l’agression de l’ambassadeur du Maroc dans la nuit du 11 au 12 février 2021. C’est pourquoi, au cours d’une rencontre de crise qui s’est tenue le 12 février, le ministre de la sécurité a instruit l’intensification des activités de la police.

Suite à cela, la Police nationale a initié des opérations de sécurisation de la capitale ; opérations conjointement menée par l’ensemble des services de police de la ville. « Quand les attaques sont tellement accentuées, il faut une mission spéciale », a déclaré le commissaire divisionnaire de police Désiré Ouédraogo, directeur générale de la police nationale du centre.  

Cette mission s’est divisée en deux phases

Cette mission s’est divisée en deux phases, notamment une phase intensive et une phase ordinaire qui a débuté 23 février et qui se poursuit. Les opérations menées ont consisté en des actions de prévention et de répression.

Concernant les activités de prévention, il s’est agi de massifier la présence policière sur le terrain de sorte à dissuader les éventuelles attaques à main armée et assurer une intervention rapide en cas de survenance d’une attaque.  

Au titre de ces exercices de prévention, selon la police nationale, 7 878 personnes ont subi des contrôles, 19 personnes ont été interpellées et gardées à vue et 196 personnes sensibilisées. Concernant les moyens de déplacement, 7 157 engins ont été contrôlés et fouillés et 20 engins mis en fourrière.

Ces investigations ont porté sur des cas d’attaques à main armée

Pour ce qui est des activités de répression, elles ont consisté en des investigations. Ces investigations ont porté sur des cas d’attaques à main armée menées par des individus portant des casques, dans les quartiers Tampouy, Bassinko, Yagma, Nonsin, Pissy et Bendogo  entre le 21 novembre 2020 et le 17 février 2021. Les policiers soupçonnent la présence d’un groupe du même genre dans la ville de Bobo-Dioulasso.

La police nationale a donné les résultats de ces investigations et le matériel saisi. Il s’agit d’un véhicule à quatre roues, 9 engins à deux roues, 7 pistolets automatiques dont 1 factice, 2 paires de menottes, des minutions de kalachnikov,  6 paires de chaussure de marque « Sebago », 4 casques de motos, 2 blousons de couleur noire, une paire de gants de couleur noir,  42 portables et la somme de 600 000 FCFA.

Conseils pratiques aux porteurs d’armes civiles et gérants de boutiques « Orange Money »

Aux porteurs autorisés d’armes à feu civiles 

  • Eviter le port apparent de votre arme ;
  • Eviter de la garder à la portée des autres membres de la famille ;
  • Eviter de partager l’information sur la possession de l’arme même à vos amis et proches ;
  • Eviter de garder votre arme dans le véhicule ou le coffre du vélomoteur.

Aux gérants des boutiques de transfert de monnaie électronique

  • Eviter de manipuler des fortes sommes d’argent devant la clientèle, car certains clients viennent en éclaireur pour s’assurer que vous avez assez d’argent avant le braquage ;
  • Installer des caméras de surveillance dans la boutique et si possible s’offrir des services d’une société de gardiennage ;
  • Se procurer des coffres-forts pour garder les fortes sommes d’argent ;
  • S’assurer de la bonne moralité des employés ;
  • Eviter de rester ouvert au-delà de la nuit tombée.

31 personnes ont été interpellées et 8 personnes sont gardées à vue pour acte de grand banditisme, vol, complicité de vol à main armée et recel. « Plusieurs individus sont activement recherchés pour leur lien présumé avec les différentes attaques dans les villes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso », a ajouté le commissaire divisionnaire de police Désiré Ouédraogo.

La sureté nationale a rappelé que cette mission spéciale et les investigations se poursuivent pour mettre la main sur les personnes en cabale et aussi récupérer le reste d’objets volés.

Burkina24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page