Droit au logement au Burkina Faso : Une coalition monte au créneau

La Coalition des associations pour la défense du droit au logement (CADDL) a tenu un point de presse ce jeudi 29 avril 2021 à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre visait, entre autres, à renouveler les revendications en matière de lutte pour la justice dans la gestion du foncier et d’accès des populations à des logements décents.

La suite après cette publicité

La Coalition des associations pour la défense du droit au logement (CADDL) est montée une fois de plus au créneau. A travers un point de presse, la CADDL a dénoncé des manquements dans la gestion du foncier au Burkina Faso.

« Comme nous le vivons tous, la crise foncière et du logement s’aggrave dans notre pays », a  fait savoir Pama Nébié, secrétaire général de la coalition. Egalement, il estime que la politique foncière et du logement se fait au profit des riches au détriment de la population pauvre.

Alors, Pama Nébié pointe du doigt la gouvernance actuelle et dénonce une culture de pillage du foncier par l’entremise des sociétés immobilières. A l’écouter, d’environ une cinquantaine en 2014, le nombre de sociétés immobilières est passé à 268 en cinq ans.

Lire également 👉Droit au logement : Une marche sur le Premier ministère prévue le 16 mai

Concernant les projets de restructuration, le SG de la coalition a indiqué que c’est dans l’optique de créer des bidonvilles « qui seront de véritables enclaves de promiscuité et de misère pour des millions de personnes ».

« Présentée comme un gigantesque projet financé à hauteur de 100 milliards de FCFA, la restructuration en phase d’opérationnalisation actuelle a pour finalité de créer des bidonvilles dans toutes les régions du Burkina Faso qui ne seront en réalité que des ghettos, des enclos de misère  sociale », a déploré le secrétaire général de la coalition. Il a déduit que ce projet est « anti social et inhumain en matière de logement ».

Pama Nébié a, par ailleurs, invité les dirigeants à feuilleter les conclusions et les recommandations du rapport de l’enquête parlementaire sur le foncier.

En plus, les conférenciers ont lancé un appel aux populations dans les zones non-loties à exiger des logements décents et accessibles aux revenus modestes, des audits sérieux des opérations de lotissements passées et la mise en œuvre des recommandations de l’enquête parlementaire sur le foncier de 2016.

Joël THIOMBIANO (stagiaire)

Burkina24    

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page