Mines au Burkina Faso : Les activités de Bissa Gold interrompues à Zandkoom par la population

La population de Zandkoom, un village  du Bam et abritant un site minier qu’exploite la société Bissa Gold a, ce lundi 2 août 2021, exigé la suspension des activités d’exploitation de la société, et ce, pour  non-respect des engagements pris avec la population. 

La suite après cette publicité

Suite au non-respect des engagements pris en accord avec la population, la mine de Zandkoom exploitée par la société Bissa Gold a été contrainte de suspendre ses activités d’exploitation par la population, renseigne l’Agence de l’information du Burkina (AIB).

Selon la même source, la population a obligé les travailleurs de la société de sursoir aux travaux d’exploitation sur le terrain en attendant que la mine honore ses engagements pris en faveur de la population.

Parmi ces engagements, il y a la construction de l’église du village, la construction d’un collège d’enseignement général et des logements pour les enseignants.

« Nous exigeons que Bissa Gold construise l’église du village, le collège d’enseignement général et les logements des enseignants avant la reprise de l’exploitation. Avant la relocalisation, la mine nous avait rassurée que toutes les infrastructures sociales de base seront réalisées avant le déplacement de la population. Mais à notre grande surprise, les gens ont été contraints de rejoindre le nouveau site de relocalisation de Zandkoom sans que les promesses ne soient tenues », peut-on lire ce témoignage sur la page de l’AIB.

Le porte-parole de la population, Lassané Sawadogo  a affirmé que l’année dernière, les élèves ont fréquenté dans des salles d’emprunt de l’école franco-arabe. « Nous sommes à deux mois de la rentrée scolaire et rien n’est fait dans ce sens. Aussi, le site de relocalisation est mal aménagé. Les routes sont impraticables et nous souffrons en cette période hivernale. Nous voulons que la mine utilise la terre pour arranger les routes », a déclaré le porte-parole de la population de Zandkoom au micro de l’AIB.

Du côté de la mine, le mot d’ordre de la population a été respecté. « Nous avons été interpellé par la population d’arrêter les travaux. Comme ce sont les membres de la communauté, nous avons obéi. Ces derniers disent d’arrêter en attendant qu’ils s’entendent avec la mine sur certaines questions », a affirmé, Arnaud Minoungou, un superviseur minier.

Tous les  engins ont été stationnés, sauf ceux de la sécurité de la mine qui sillonnent pour la sécurisation du matériel immobilisé.

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page