Soutien aux mères retirées de la rue : Le ministère de la famille rebelotte

Le ministère en charge de la famille a officiellement remis des kits d’installation  aux femmes retirées des rues de Ouagadougou, ce jeudi 26 août 2021. D’une valeur d’environ  8 millions de Francs CFA, ce don est composé de produits alimentaires et  des fonds de déroulement qui permettront à ces femmes de se lancer dans l’entrepreneuriat au Burkina Faso.

La suite après cette publicité

Depuis maintenant 3 ans, le ministère en charge de la femme, dans  sa politique de retirer les femmes porteuses d’enfants dans les rues apporte des soutiens à celles qui ont adhéré au programme. Ce jeudi 26 août 2021, la 5ème cohorte de ces groupes a reçu sa part de don des  mains de la ministre en charge de la solidarité nationale, Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marchal.

D’entrée, la Ministre a énuméré le bienfait qu’a apporté ce programme. À l’entendre, en trois années, 202 femmes ont adhéré à ce programme, ce qui a permis de les former et protéger  492 enfants qui les accompagnent. Aussi 70% ont définitivement abandonné la rue pour s’adonner à des activités génératrices. « Quoi de plus normal que d’accompagner cet engagement. D’où ce don pour les accompagner », a-t-elle expliqué. 

Ce don a été constitué de kits de production composé entre autres de 5 poules, 5 pondoirs, 2 mangeoires mais également d’un fonds de roulement de 80 000 F CFA. Pour Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marchal, à l’issue de cette 5 ème cohorte, 247 femmes accompagnées de leurs enfants seront retirés  de la rue.

«  Rester sur la route, c’est vraiment dangereux. Certaines se demandent  quoi faire pour survivre. Mais sachez que nous allons vous accompagner avec des formations et des vivres pour survivre. Ces vivres vont vous permettre de tenir durant 3 mois », a-t-elle rassuré.

Ainsi, la patronne du ministère a espéré que ces accompagnements perdureront afin de permettre à ces femmes de quitter définitivement les rues.

«  Il faut que cela dure pour que ces femmes ne pensent plus à repartir dans la rue pour leur propre sécurité. Cela est possible. De mon côté, je puis vous rassurer de notre disponibilité. En échange, je voudrais vous exhorter au strict respect de vos engagements  », a-t-elle souhaité.

Zenabo Tarbagdo, représentante des bénéficiaires, a réaffirmé au nom de ses camarades que ces vivres et formations seront utilisés à bon escient. « On ne peut que saluer cet effort de la ministre. Nous espérons que ces programmes seront élargis pour que beaucoup d’autres puissent intégrer. Depuis que j’ai quitté la rue, je me sens vraiment bien », a-t-elle déclaré. 

Il faut noter que cette vague est la 5 ème des bénéficiaires de ce programme. Tènè Ouattara, Ancienne bénéficiaire du programme, a salué l’initiative des années précédentes qui, selon elle, a changé leur vie. Cependant, elle a fait remarquer au ministère sa préoccupation vis à vis de la scolarisation de ses enfants.

«  L’école de ces enfants, c’est une chose que nous venons de mettre en place. Si à partir d’aujourd’hui, un de vos enfants ne parvient pas à aller à l’école, allez dénoncer cela aux différentes radios, des dispositions seront prises », a réagi la première responsable du département en charge de la solidarité nationale.

Abdoul Gani Barry

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page