Lutte contre l’insuffisance rénale : Le centre d’hémodialyse du CHU de Ouahigouya opérationnel

Après les villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso, le Centre Hospitalier Régional de Ouahigouya fait désormais partie des détenteurs d’une unité d’hémodialyse au Burkina Faso. Le lancement officiel des activités de l’unité d’hémodialyse du CHU de Ouahigouya a eu lieu ce samedi 11 septembre 2021. 

La suite après cette publicité

L’insuffisance rénale chronique est un problème mondial de santé publique qui constitue l’une des affections les plus graves dont la prévalence est en croissance, selon les mots du ministre de la santé, Pr Charlemagne Ouédraogo, représentant le Premier ministre, à la cérémonie de lancement des activités de l’unité d’hémodialyse de Ouahigouya.

Le Ministre de la santé a aussi informé que la prévalence mondiale est de 10 à 15%. Pour le cas du Burkina Faso, « il y a environ 2 millions de malades de reins parmi lesquels il y a 200 milles qui souffrent d’insuffisance rénale chronique et 20 milles sont à la phase terminale. Donc ces derniers ont besoin de traitement de suppléance rénale à savoir l’hémodialyse et la transplantation rénale  », a-t-il fait savoir.

Le Pr Charlemagne Ouédraogo a ensuite souligné l’engagement du gouvernement à prendre à bras-le-corps la question de l’insuffisance rénale. « Les sites d’hémodialyse du Burkina comptent en ce jour plus de 530 patients traités en hémodialyse. On note une évolution du budget consacré au traitement de l’insuffisance  rénale qui, de moins d’un milliard de franc CFA en 2016 est passé à 3 milliards en 2021. Et nous prévoyons 5 milliards dans le budget de 2022 pour la prise en charge des dyalisés », a indiqué le patron du département de la santé burkinabè.

« Ceux qui ne l’ont pas aujourd’hui sont en sursis »

L’unité d’hémodialyse de Ouahigouya est donc réalisée par l’Etat Burkinabè avec l’appui de ses partenaires. Entre autres on peut citer la Fondation Orange qui  a financé la construction du bâtiment à hauteur de 800 millions de franc CFA.

L’équipement du bâtiment  est du ressort de l’entreprise Sibiri Bio Médical Services sur un partenariat public privé. A ce titre, l’entreprise a équipé le centre de 14 générateurs d’hémodialyse et d’une unité de traitement d’eau. Pour le ministre de la santé, le Centre est opérationnel : « Aujourd’hui nous avons un dispositif qui est complet en matière hémodialyse dans la région du Nord ».

Pour les premiers responsables de la commune de Ouahigouya, le centre vient à point nommé. L’opérationnalisation de l’établissement fait dès lors la joie des bénéficiaires qui ne seront pas dans l’obligation d’effectuer le déplacement sur Ouagadougou pour d’éventuelle traitement lié au mal de rein.

Albert Ouédraogo, président de l’ABUDIR

Le Professeur Albert Ouédraogo, président de l’Association Burkinabè des Dialysés et Insuffisances Rénaux (ABUDIR) a salué la réalisation du centre. A l’écouter, l’insuffisance rénale est un mal réel qui mérite une attention particulière, car dit-il « ceux qui ne l’ont pas aujourd’hui sont en sursis ».

Il a ensuite plaidé pour la réalisation du centre type dans les 13 régions du Burkina Faso et exhorté toujours le gouvernement à œuvrer à faire de la transplantation rénale une réalité au « pays des Hommes intègres ».

« Je me félicite du lancement officiel des activités du centre d’hémodialyse de Ouahigouya. La nouvelle unité, dotée d’équipements modernes, permettra de soulager les souffrances des patients de cette région qui se feront désormais prendre en charge sur place. L’opérationnalisation de ce centre s’inscrit dans la vision du Président du Faso, de bâtir un système sanitaire solide et accessible aux populations.

C’est dans cette dynamique que nous avons inauguré le centre d’hémodialyse de Bobo-Dioulasso il y a quelques années, et qui fonctionne à plein régime. Sa capacité a été récemment renforcée. Nous avons également procédé à la rénovation des équipements des unités d’hémodialyse de l’hôpital de district de Bogodogo et de Tengandogo, pour améliorer la qualité de la prise en charge et l’offre. Cette politique sera poursuivie et s’étendra bientôt à d’autres régions.

Je souhaite que ces nouveaux équipements soient bien utilisés, pour le bonheur des populations ».

Réaction de Christophe Dabiré, premier ministre, sur sa Page Facebook 

Akim KY

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page