FESPACO 2021 : Au marché du film, il y a des réseautages et de bonnes affaires

FESPACO PRO, le guichet unique qui intègre désormais le Marché international du Cinéma Africain et qui met en relation les acheteurs et les vendeurs internationaux de cinéma et audiovisuel africain à travers les stands d’expositions, les ateliers Yennenga, le Yennenga Liboni et le Yennenga Connexion pour les mises en relation des professionnels. Il a été ouvert ce 17 octobre 2021. Les professionnels font de bonnes affaires. 

La suite après cette publicité

Les organisateurs de la 27e édition du Fespaco portent les réflexions sur les défis liés à la promotion et au marché du cinéma africain et de la diaspora, les dispositifs de financements du cinéma à travers le monde. Les mises en connexion se font en présentiel ou par visio-conférence avec les réseaux d’Afrique même si l’affluence des professionnels n’est pas au rendez-vous, faute de communication sur la tenue des rencontres.

A noter que près de 300 mentors des industries ont participé aux projets pour le réseautage pour ce Fespaco.

Les producteurs américains s’intéressent aussi à l’Afrique pour des co-productions. La collaboration a été rendue possible grâce à l’ambassade des Etats-Unis au Burkina Faso.

Pour Todd Bullock, directeur des affaires à l’ambassade des Etats-Unis à Ouagadougou, cette année la collaboration des Etats-Unis et le peuple burkinabè n’est pas seulement d’un appui matériel mais aussi à travers la diplomatie culturelle.

Dans les allées, le stand Yennega connexion attire par les couleurs. Cette section est destinée aux rencontres pour la circulation des films  documentaires en Afrique. Dans les stands d’exposition du MICA, les bonnes affaires se font aussi.

La Maison Marodi au Sénégal, avec une délégation de 11 personnes, des producteurs et distributeurs se frottent déjà les mains. Très satisfaits des rencontres, ils sont déjà plus de 50  profils sélectionnés dans la seule journée de  casting pour les jeunes scénaristes et réalisateurs, lancée le mercredi 20 octobre.

 « On a des projets de développement de séries dans toute l’Afrique et nous sommes là  pour rencontrer les professionnels du cinéma et de l’audiovisuel, ça se passe très bien, il y a  beaucoup d’affluence », explique Serigne Massamba Ndour, fondateur de MarodiTv.

C’est le lieu aussi pour les festivals de faire des promotions auprès du public. Le Marché des Arts et du Spectacle d’Abidjan (MASA) y est présent avec un stand qui ne passe pas inaperçu. Le nouveau directeur général, Patrick Hervé Yapi et une équipe y sont pour s’entretenir avec le public sur la tenue de l’édition de 2022.

On y trouve aussi des dispositifs de financements de films, des télévisions, des centres nationaux cinématographiques de la sous-région.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page