Autoroute Yamoussoukro-Ouaga : Le rapport d’avant-projet des études restitué à Bobo

Le Ministère des infrastructures et du désenclavement à travers l’agence des travaux d’infrastructures du Burkina (AGETIB) a organisé un atelier de restitution du rapport d’avant-projet détaillé des études techniques, économiques, d’impact environnemental et social, de la mise en concession de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou le jeudi 18 novembre 2021 à Bobo-Dioulasso.  

La suite après cette publicité

L’atelier de restitution des études de l’autoroute Ouaga-Yamoussoukro selon le Secrétaire général du Ministère des infrastructures Franc Ollo Kansié va permettre aux consultants de restituer les différentes options d’aménagements développées et de vérifier la prise en compte des observations et amendements des participants qui à leur tour pourront se prononcer sur la recevabilité des livrables de cette 3ème et dernière phase.

Des négociations pour la réalisation des travaux au Burkina

Présentant la situation du projet au Burkina, le SG Franc Ollo Kansié a rappelé le financement des études de faisabilité d’environ 333 km du tronçon autoroutier entre Ouagadougou et Bobo-Dioulasso par l’Etat burkinabè sur fonds propres.

Et « à ce jour, des négociations sont en cours avec des partenaires techniques et financiers pour une réalisation des travaux », annonce-t-il.  Au-delà de sa portée nationale, le projet s’inscrit également dans le cadre du Programme d’action communautaire des infrastructures et transports routiers (PACITR) afin de faciliter le transport sur les principaux corridors communautaires.

Des travaux déjà lancés en CI

Pour le Point focal du projet de l’autoroute au niveau de la Cote d’Ivoire Lancina Djomandé, son pays a déjà entamé les travaux sur les chainons de « Yamoussokro-Tiebissou (36 km) avec un taux d’exécution 90%. La fin de ces travaux est prévue pour décembre 2021. Et la section Tiebissou-Bouaké, pour un taux d’exécution de 60% dont la fin des travaux est prévue pour septembre 2022.

Concernant les chainons manquants reliant Bouaké à la frontière du Burkina Faso et du Mali, le projet est au stade de l’étude APD financée par la commission de l’UEMOA ; la section Bouaké-Ferkessédougou dont la fin des études est prévue pour juillet 2022 ; la section Ferkessédougou-frontière du Burkina dont la fin des études est prévue pour janvier 2022 et la section Ouangolo-frontière du Mali dont la fin des études est prévue pour décembre 2021.

Le Mali aussi a réalisé à son niveau, les études APD de certains tronçons de l’autoroute depuis 2012. En plus de la question de l’actualisation de ces études, le pays à ce stade recherche des financements pour lancer les travaux.

Pour le Directeur des infrastructures représentant la commission de l’UEMOA Aboubacar Sidiki Touré, l’extension du projet autoroutier vers le Mali permet d’offrir aux Etats sahéliens de la zone, l’accès au port d’Abidjan par « des voies rapides sécurisées et sans tracasseries ».

L’autre fonction de ces autoroutes est qu’«elle permet d’interconnecter notre espace aux autoroutes transafricaines adoptées par l’Union africaine et d’harmoniser les normes  », explique Aboubacar Sidiki Touré qui se réjouit des avancées de ce projet intégrateur dont  la réalisation des études techniques a été financée à hauteur de 5,5 milliards de francs CFA  par l’UEMOA.

Cet atelier qui a abouti à la validation des travaux intervient après celui de Banfora organisé en septembre 2020.

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page