Sécurité au Burkina Faso : Deux ambulances pour la Gendarmerie et la Police

Le ministre de la sécurité, Maxime Koné, a reçu ce mercredi 24 novembre 2021 à Ouagadougou, deux ambulances des mains du Pr Charlemagne Ouédraogo, ministre de la santé. Ces ambulances sont destinées à la Direction Générale de la Police Nationale et à l’État-Major de la Gendarmerie Nationale.  

La suite après cette publicité

Le vendredi  19 novembre 2021, lors de la visite du président de l’Assemblée Nationale, Alassane Bala Sakandé avec quelques membres du gouvernement, aux gendarmes blessés d’Inata, dans le centre de santé du camp Aboubacar Sangoulé Lamizana, et à la gendarmerie de Paspanga, les médecins militaires et ceux de la gendarmerie nationale  ont exprimé des besoins pour la prise en charge des blessés, dont du matériel roulant, des ambulances.

En réaction à cette demande, le ministre de la Santé qui avait marqué sa volonté  ce jour, de réagir, a remis  deux ambulances au ministre la sécurité ce mercredi 24 novembre 2021.

Ces ambulances obtenues avec l’accompagnement de la Banque Africaine de développement, sont destinées aux services de santé de la gendarmerie nationale et de la police nationale.

« Au cours de la visite au niveau des différents dispositifs sanitaires de la gendarmerie du camp Sangoulé, il y a un certain nombre de besoins qui ont été exprimés pour renforcer les capacités du dispositif sanitaire militaire. Et parmi ces besoins, la logistique roulante pour avoir le matériel adéquat pour  pouvoir transporter les malades  qui sont dans le besoin.

C’est ainsi que dans un élan  de solidarité gouvernementale, le ministère de la santé a décidé d’apporter un soutien à travers ce don de deux ambulances  pour aider le ministère de la sécurité », a affirmé le ministre de la santé, Pr Charlemagne Ouédraogo.

Le ministre de la santé Pr Charlemagne Ouédraogo remettant les clés des ambulances au ministre de la sécurité Maxime Koné.

D’autres besoins en équipements ont été également exprimés lors de la visite du vendredi 19 novembre 2021 et le ministre de la santé a rassuré que ces besoins seront pris en compte dans le cadre du plan d’urgence pour les hôpitaux examiné par le Premier ministre.

« Nous allons prendre en compte des besoins en dispositifs sanitaires, médicamenteux, en équipements biomédicaux. Nous allons les prendre en compte dans ce plan d’urgence afin que nous puisons apporter un accompagnement aux Forces de Défense et de Sécurité pour que le dispositif sanitaire à ce niveau soit bien renforcé pour les besoins de l’heure que vous connaissez », a-t-il déclaré en assurant que son département fera un effort pour apporter un appui aux FDS pour que leurs collègues médecins militaires et infirmiers militaires sachent qu’ils ont le même combat, celui d’offrir la santé à toute la population qui en a besoin.

Les deux ambulances ont été reçues par le ministre de la sécurité Maxime Koné, qui à son tour a rémis  aux bénéficiaires. Il s’agit du Chef d’État-Major de la Gendarmerie Nationale (CMGN), le Colonel-Major Hermann Marie Omer Bambara et du Directeur Général de la Police Nationale (DGPN),  l’Inspecteur Général de Police Jean Bosco Kiénou.

Le Colonel-Major Hermann Marie Omer Bambara a reçu la clé de l’ambulance destinée au service de santé de son département des mains du ministre de la sécurité.

Le ministre de la sécurité, Maxime Koné a ainsi salué la réaction rapide du ministre de la santé. « Le contexte a été très bien situé. Lors de la visite du président de l’Assemblée Nationale, des besoins ont été exprimés et sur place le ministre de la santé a marqué sa volonté de pouvoir répondre à ce besoin surtout dans ce contexte particulièrement difficile pour nos FDS. Ces deux ambulances vont venir renforcer nos structures de santé. Ce qui va permettre de prendre en charge rapidement les blessés », s’est-il exprimé.

« Autant la réaction a été rapide, la remise aux bénéficiaires a été rapide  » a affirmé Maxime Koné. 

Il est à noter que ces deux ambulances sont entièrement équipées et  prêtes à l’emploi. Elles iront directement dans les centres de santé des services concernés, selon le ministre de la santé.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page