Burkina Faso : Le PDJ propose la création d’un Secrétariat Permanent de Lutte Contre le Terrorisme

Le bureau exécutif du Parti pour la Démocratie et la Jeunesse (PDJ) a animé un point de presse ce dimanche 5 décembre 2021 à Ouagadougou sur la situation nationale. Le parti a critiqué la gestion du pouvoir et fait des faits des propositions sur la lutte contre le terrorisme.

La suite après cette publicité

Le bureau exécutif du Parti pour la Démocratie et la Jeunesse (PDJ) a donné sa lecture sur la gestion du Burkina Faso et la lutte contre le terrorisme. Le président du PDJ, Halidou Ouédraogo, a égrainé un chapelet de propositions pour le gouvernement.  Alors, dans son discours le 26 novembre dernier, le Président du Faso a promis, entre autres, de réorganiser l’armée, de lutter contre la corruption et de resserrer le gouvernement.

Faire le choix d’un Premier Ministre capable.

Pour le PDJ, le Président du Faso n’avait pas besoin d’annoncer des mesures structurelles pour résoudre des problèmes ponctuels. Halidou Ouédraogo, sur le resserrement du gouvernement a posé des préalables.

« Faire le choix d’un Premier Ministre capable. Globalement jeune et animé d’un esprit de jeunesse c’est-à-dire qui prend des risques, qui est proactif et en pleine forme et qui est un leader mobilisateur des énergies pour aller vers les objectifs », a-t-il relevé.

Il a ajouté que réduire les injustices sous toutes les formes et à tous les niveaux de la société, faire le suivi rapproché des actions de développement au profit des populations et être à l’écoute de des citoyens, constituent des préalables pour le gouvernement.

En plus, Halidou Ouédraogo a constaté que la situation sécuritaire ne fait qu’empirer. Il note que l’approche militaire actuelle dans la lutte contre le terrorisme ne produit pas les résultats escomptés.

A l’écouter, avec l’approche sectorielle exclusivement défense et sécurité, la lutte contre le terrorisme n’a pas engrangé des résultats significatifs susceptibles de permettre au Burkina Faso de faire face au terrorisme.

Pour lui, cette approche continue d’enrichir les fabricants d’armes et les commerçants de guerre. Il a précisé que certains se sont enrôlés dans le terrorisme par la parole et que c’est par ce même canal on doit lutter contre le terrorisme.

La situation actuelle laisse peu de place aux acteurs non militaires…

« Nous devons réfléchir par nous-mêmes et trouver la voie optimale pour lutter efficacement contre le terrorisme. La situation actuelle, laisse peu de place aux acteurs non militaires et non de la sécurité. En conséquence, beaucoup d’acteurs et experts burkinabè laissés à côté ne participent pas comme il se doit aux actions de la lutte, laissant seuls les forces de défense et de sécurité, les volontaires pour la défense de la patrie et quelques groupes d’auto défense face aux groupes terroristes et leurs valets », a souligné le président du PDJ.

Il propose donc d’aller vers une approche multisectorielle impliquant et incluant tous les acteurs à la lutte notamment les populations, les groupes de femmes, de jeunes, les autorités coutumières et religieuses, les collectivités territoriales, les autres ministères, le secteur privé.

Pour lui, cette nouvelle approche, la lutte deviendra inclusive et participative et doit comprendre une composante militaire et sécurité, communautaire, communication, administration et collectivité territoriale et le secteur privé.

Selon Halidou Ouédraogo, cette approche doit conduire au recadrage de l’organisation de la lutte contre le terrorisme au Burkina Faso.

…créer un Secrétariat Permanent de Lutte Contre le Terrorisme (SP-LCT) au Burkina Faso…

« Ce recadrage passe par le recentrage des moyens, des activités et des stratégies de lutte en prenant en compte le caractère multisectoriel et multidimensionnel. Il s’agira de créer un Secrétariat Permanent de Lutte Contre le Terrorisme (SP-LCT) au Burkina Faso, de définir et assigner des objectifs clairs et précis au secrétariat permanent, d’accorder un statut précis au secrétariat permanent pour lui conférer une certaine autonomie et un pragmatisme, de désigner ou recruter un haut fonctionnaire de l’Etat ou une haute personnalité de la nation, expérimenté, compétent et ayant des talents de leaders et de managers pour diriger ce secrétariat permanent, de rattacher le secrétariat permanent à la présidence du Faso afin de garantir son efficacité et de diligenter les prises de décisions les concernant », a-t-il indiqué

De la montée de l’individualisme en Afrique au détriment de la solidarité intra africaine, le PDJ a préconisé une solidarité ouest africaine pour la lutte contre le terrorisme.

En rappel, PDJ est membre de l’ Alliance des Partis Politiques de la Majorité Présidentielle (APMP).

Jules César KABORE

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page