Procès Sankara : Deux éléments de la sécurité rapprochée de Thomas Sankara à la barre

Le procès sur l’assassinat du président Thomas Sankara et 12 de ses camarades a continué ce lundi 6 décembre 2021. A la suite de l’Adjudant-Chef Major Laurent Ilboudo, c’est l’Adjudant-Chef Drissa Soh qui était à la barre. Alors Sergent au moment des faits, le témoin était dans l’équipe de la garde de sécurité rapprochée du capitaine Sankara lorsque les évènements du 15 octobre 1987 se sont produits.

La suite après cette publicité

Selon le témoin Drissa Soh, il a pris service le matin du 15 octobre 1987 au petit matin au palais avec le reste du groupe et avec comme chef Laurent Ilboudo. Toujours dans sa déposition, il explique que c’est peu après 15H qu’ils ont accompagné le président Sankara à la présidence puis au conseil de l’entente où le père de la révolution avait une réunion.

Il faut noter que les faits racontés par l’Adjudant-Chef concordent avec ceux de l’Adjudant-Chef Major Laurent Ilboudo. Sur la question de savoir si l’accusé Bossobè Traoré faisait partie du groupe qui a assuré la sécurité du président le jour, il a répondu par la négative. Pour lui, Bossobè Traoré n’était pas de leur groupe conformément à ce que son chef avait dit avant lui.

« Je n’ai pas vu Bossobè au conseil », a-t-il déclaré. Une réponse qui a amené l’avocate de l’accusé à insinuer que les deux supérieurs de son client se sont entendus pour rejeter la faute sur Bossobè Traoré. Après confrontation, Bossobè Traoré est revenu sur ses propos en indiquant qu’avec le temps, une altération de ses souvenirs peut être possible. 

Drissa Soh  assure qu’après leur arrestation,  (lui et son chef) ils ont été libérés le matin du 16 octobre en sous-groupe. Sur un dysfonctionnement du service de sécurité, il a souligné qu’il n’a rien à dire. Pour lui, « le président n’aimait pas la violence. Il n’était pas violent », a-t-il martelé.

A sa suite, c’est le Soldat de 1ère classe François Zidouèmba qui était à la barre. Egalement de service le jour des évènements du 15 octobre, le témoin a relaté qu’il était devant la porte du président quand un véhicule a foncé sur eux. Après cela, il explique qu’il s’est réfugié dans le bureau du président qui a cherché à savoir ce qui se passait.

Il continue en expliquant que des tirs ont commencé. Alors armé que de PA, le président Sankara et lui se sont mis à l’abri dans le bureau avant de sortir un par un. Toujours dans son récit, François Zidouèmba a signifié que quand il est sorti, il s’est allongé à côté d’autres camarades. Pour ce qui concerne le père de la révolution, il a lancé que : « ce que j’ai entendu, c’est : je me rends ». 

Après cela, le témoin a indiqué qu’il ne pouvait pas voir ce qui se passait car il était couché la face tournée ailleurs. Toujours dans sa déposition, le témoin explique que peu de temps après, Otis est venu et a tiré sur ses camarades qui étaient couchés.

C’est alors en ce moment et toujours selon le témoin que Hyacinthe Kafando lui a dit d’arrêter. Pour le cas de l’accusé Bossobè Traoré, le témoin François Zidouèmba a souligné que ce dernier est passé en courant et que Hyacinthe Kafando a demandé à Otis de le tuer car il était au courant du coup mais il est venu au conseil quand même. A cela, Otis aurait répondu qu’il l’a eu et l’a blessé.

Basile SAMA

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page