Burkina Faso : « Atomic Lass » pour atomiser les terroristes !

Cette année, les célébrations du 11-Décembre se sont tenues sans grandes pompes. Entre la situation sécuritaire préoccupante dont l’une des conséquences aura été la démission du Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, et l’attente du nouveau gouvernement, les Burkinabè n’avaient pas la tête à la fête.

La traditionnelle adresse du Chef de l’Etat à la Nation au soir du 10 décembre 2021, dans laquelle il a encore appelé chaque Burkinabè à consentir à l’effort de guerre, a d’ailleurs été occultée par l’annonce quelques minutes plus tard du nom du successeur de Christophe Dabiré.

Le secrétaire général du gouvernement, Stéphane Sanou, a ainsi mis fin aux spéculations qui allaient bon train sur le nom du troisième chef de gouvernement sous Roch, chacun allant de son favori. Roulement de tambour…

La nomination de Lassina Zerbo n’est pas la surprise du siècle, ou du moins n’a pas fait l’effet d’une bombe, tant le nom de ce géophysicien, secrétaire exécutif de l’Organisation du traité d’interdiction complète des essais nucléaires (OTICE) depuis 2013, revenait régulièrement comme « premier ministrable » depuis l’arrivée de Roch Marc Christian Kaboré aux affaires.

Il est vrai que le natif de Bobo Dioulasso peut se prévaloir d’un CV hors norme et d’un carnet d’adresses à faire pâlir même des Chefs d’Etat. A 58 ans, Lassina Zerbo rayonne donc d’atouts pour le poste, mais ce qui fait la force du nouveau promu constitue en même temps sa faiblesse. Lassina Zerbo  débarque au palais de Koulouba lesté du fait qu’il a surtout traîné sa bosse hors du Burkina depuis ses études universitaires.

Qui pour graviter autour de « Atomic Lass » ? 

Ceux qui ont toujours en mémoire le passage de Paul Kaba Thiéba à la Primature ont été quelque peu déçus de constater que le président a, une fois de plus, préféré faire confiance à un oiseau rare, inconnu du grand public, qui passe du salon d’honneur de l’aéroport à la Primature sans avoir pris suffisamment la température du pays.

A défaut de ne pas être nourri dans le sérail, Lassina Zerbo, qui a le profil du parfait technocrate, devra compter sur ses qualités managériales et diplomatiques, vantées par tous ceux qui le connaissent,  pour relever les défis atomiques qui seront face à lui.

Mais le succès ou l’échec d’« Atomic Lass », comme certains le surnomment, sera conditionné par le choix des hommes et des femmes qui vont graviter autour de lui. Le président du Faso a déjà promis un noyau gouvernemental resserré sans qu’on ne sache pour l’heure quelle ampleur va prendre le dégraissage du mammouth.

En attendant de connaître la liste des heureux élus ou réélus à la table du Conseil des ministres,  les attentes des Burkinabè sont en tout cas déjà connues : un exécutif de combat et exemplaire en tous points pour sauver Mère Patrie…

La Rédaction

Écouter l’article


Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page