Partenariat de Ouagadougou : Le Burkina enregistre un bilan positif après 10 ans

La cérémonie d’ouverture des 10 ans de la Réunion annuelle du Partenariat de Ouagadougou (RAPO) a eu lieu ce mardi 14 décembre 2021 à Ouagadougou, placée sous le thème « La planification familiale en contexte de crise humanitaire : Préparation, réponse et résilience ».

La suite après cette publicité

En février 2011, neuf pays de l’Afrique francophone se sont réunis au Burkina Faso pour partager des préoccupations singulières et concernant la planification familiale et comment investir dans le capital humain à travers la stratégie de la planification familiale.

Aujourd’hui, 10 ans se sont écoulés, il était donc important pour ces neuf pays de se réunir et faire le bilan des 10 ans, voir quels sont les progrès réalisés, et quelles sont les perspectives à envisager. C’est dans cet état d’esprit que s’est tenue la cérémonie d’ouverture de la réunion annuelle du partenariat de Ouagadougou ce mardi 14 décembre 2021.

Un partenariat qui est satisfaisant de façon globale pour le capital humain mais aussi de façon particulière pour chaque pays, à entendre le ministre en charge de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo.

« Au Burkina Faso, nous nous réjouissons parce que nous avons pu améliorer notre prévalence contraceptive qui est passée à 32% et nous avons des perspectives d’augmenter de 10 points c’est-à-dire les 42% d’ici 2025. C’est pour cela que nous sommes très contents de notre adhésion à ce partenariat de Ouagadougou qui nous a permis de capitaliser l’expérience des uns et des autres, mais aussi de mobiliser beaucoup de partenaires autour du Burkina Faso pour faire en sorte que la planification familiale soit l’une des meilleures stratégies d’investissements dans le capital humain », s’est réjoui le Pr Charlemagne Ouédraogo.

La question de la planification familiale étant un facteur important du développement économique et social du Burkina Faso, il est donc primordial d’investir dans ce secteur, à en croire Pr Charlemagne Ouédraogo.

« Grâce à la planification familiale, nous avons pu réduire de façon importante la mortalité maternelle et la mortalité néonatale ; grâce à la planification familiale, nous avons pu réduire les grossesses non désirées et les grossesses chez les adolescents ; grâce à la planification familiale, nous avons pu améliorer la vie des familles ; grâce à la planification familiale, nous avons pu améliorer l’autonomisation des femmes et des jeunes filles » a indiqué le patron en charge de la santé.

Pr Charlemagne Ouédraogo, Ministre de la Santé

« La planification familiale en contexte de crise humanitaire : Préparation, réponse et résilience » est le thème autour duquel s’est articulé cette commémoration des 10 ans du partenariat de Ouagadougou, en semi présentiel. Cette thématique est jugée assez pertinente par les acteurs en ce sens qu’elle colle si bien avec les réalités que vivent les différents pays.

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page