Promouvoir la paix via les réseaux sociaux : Des représentants d’associations confessionnelles outillés à Ouaga

Sous l’égide du réseau des femmes de foi pour la paix du Burkina Faso et de l’ambassadeur de paix, le Pasteur Simon Ramdé, une trentaine de jeunes bénéficient d’un renforcement de capacités ce mercredi 15 décembre 2021 à Ouagadougou. Ces jeunes représentant des associations de différentes confessions religieuses sont formés à l’utilisation des réseaux sociaux pour la promotion de la paix.

La suite après cette publicité

« Promouvoir la paix à travers les réseaux sociaux », c’est ce sur quoi 35 jeunes issus d’associations de différentes confessions religieuses sont formés. Dans un contexte de crise sécuritaire, cette formation assurée par le Dr Esther Delwendé Konsimbo, Enseignant chercheur à l’IPERMIC (Institut panafricain d’étude et de recherche sur les médias, l’information et la communication), a pour but d’outiller les participants à une utilisation saine et efficace des réseaux sociaux pour véhiculer des messages de paix.

Au cours donc de cette formation, les participants vont d’abord connaitre les principaux réseaux sociaux et leurs spécificités et savoir comment les utiliser et anticiper sur le potentiel viral de leur publication.

Dr Esther Delwendé Konsimbo, formatrice

« Dès qu’on publie une information, cette information ne vous appartient plus mais appartient à tout le monde. Il faut alors faire attention et en tant qu’activistes de la paix, ils doivent savoir quel type de message ou de publication ils peuvent partager, quel type de contenu ils peuvent produire sur les différents réseaux sociaux pour promouvoir le vivre-ensemble, la tolérance religieuse, l’intégration, etc. », explique la formatrice, Dr Konsimbo.

Ces jeunes seront également outillés à reconnaitre les fausses informations (fake news) et comment vérifier une information.

Toujours est-il qu’il est attendu de ces jeunes qu’ils puissent communiquer autrement sur les réseaux sociaux, à l’issue de cette formation.

« Vous savez aujourd’hui, le terrorisme ce n’est pas seulement sur le terrain, c’est aussi une guerre informationnelle. Régulièrement nous recevons des alertes via Facebook, via WhatsApp qui soit tantôt annoncent l’arrivée de terroristes, soit tantôt publient les exploits des mouvements terroristes. De ce fait, nous pensons que pour promouvoir la paix et vaincre le terrorisme, il nous faut également utiliser ces canaux de communication, qui sont des canaux faciles d’accès parce qu’aujourd’hui vous pouvez facilement par messages vocaux diffuser sur WhatsApp ou Facebook et atteindre un plus grand nombre de personnes qu’en utilisant les médias classiques », explique Thimoté Bougma, représentant le Pasteur Simon Ramdé.

Thimoté Bougouma, représentant le Pasteur Simon Ramdé, ambassadeur de paix: « nous attendons que ces jeunes quand ils reçoivent un message qui parle de terrorisme, qu’ils sachent comment utiliser ce message ».

Toujours selon Thimoté Bougouma, pour les besoins de la paix, ces jeunes qui font partie des plus grands utilisateurs des réseaux sociaux peuvent apporter leur contribution en essayant de promouvoir la paix sur les réseaux sociaux et éviter de diffuser chaque fois les messages qui annoncent des actions terroristes sur leur pages.

En plus de la promotion de la paix à travers les réseaux sociaux, ces jeunes nantis désormais d’une connaissance solide sur les réseaux sociaux auront pour tâche de former les membres de leurs associations et les mobiliser à une communication responsable via les réseaux sociaux.  

Maxime KABORE

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page