Avec l’expert informaticien Youn Sanfo, les risques du VPN

Le lundi 10 janvier 2022 dans l’après-midi, plusieurs internautes burkinabè n’arrivaient plus à avoir accès à l’internet via les données mobiles. Seules la connexion ADSL et la fibre optique fonctionnaient. La connexion mobile a finalement été rétablie, tard dans la nuit du 10 au 11 janvier 2022. Mais depuis l’après-midi du 11 janvier, certains réseaux sociaux notamment Facebook ne sont plus accessibles en surfant avec l’internet mobile. Jusque-là, aucune communication officielle n’a été faite sur le sujet. Plusieurs internautes ont trouvé le moyen de contourner cela, à leurs risques et périls, en utilisant des VPN surtout gratuits. Qu’est-ce que c’est ? L’expert informaticien Younoussa Sanfo en parle.

La suite après cette publicité

En informatique, un réseau privé virtuel (RPV) ou réseau virtuel privé (RVP), plus communément abrégé en VPN (de l’anglais Virtual Private Network), est un système permettant de créer un lien direct entre des appareils distants, qui isole leurs échanges du reste du trafic se déroulant sur des réseaux de télécommunication publics.

En langage simple, avec un VPN, un utilisateur au Burkina Faso, par exemple, est délocalisé dans un autre pays. La majeure partie des VPN sont téléchargeables gratuitement sur internet, même s’il existe des versions payantes. D’autres contiennent des publicités ciblées ou non, avec tous les risques possibles.

Younoussa Sanfo, expert ONUDC – cyber sécurité – investigations numériques – assistance aux enquêteurs chez Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, affirme qu’« en général, lorsque quelque chose sur internet est gratuit, il faut vraiment compter avec une part de risques ».

Pour lui, il faut se poser la question suivante : Comment est-ce que quelqu’un peut prendre du temps, investir en moyens, parfois en argent, pour concevoir un logiciel gratuit ?

« Ça peut arriver, mais c’est très rare. En général, le modèle économique, c’est que je fais un logiciel utile, je ne le vends pas. Comme cela, il sera téléchargé par beaucoup de gens. Mais je vais me payer autrement. Se payer autrement dans ce monde-là, c’est exploiter les données qui passent. Parfois, il n’y a pas grand-chose, mais certaines fois, ça peut aller très loin. Je pense que dans le cas des VPN, il n’y a pas de données dangereuses. Parce que ce n’est pas nominatif en fait. C’est juste pour pouvoir dire tel nombre de personnes, dans telle zone, vont sur tels types de sites, etc. Ce n’est pas nominatif ».

L’expert burkinabè en informatique dont le talent est mondialement reconnu est, entre autres, Certified Information System Auditor en Sécurité et sûreté de l’information des systèmes informatiques et Microsoft Training Center. Il est actuellement à la tête de l’entreprise INTRAPOLE qu’il a créée en 2000.

Depuis un certain nombre d’années, il a décidé de faire de la formation des enfants de 7 à 17 ans, une priorité dans ses activités de tous les jours. Il a été inspecteur de Police au Burkina Faso avant d’aller en France pour des études en informatique.

Après 5 ans de formation, Youn SANFO décroche un diplôme d’ingénieur puis décide de se spécialiser en sécurité informatique. Il travaillera en France avant de créer sa propre entreprise. Avec elle, il apporte son expertise à la Justice française, mais aussi à la Police et à la Gendarmerie. Quelques années plus tard, il décide de rentrer dans son pays pour s’y installer. Et depuis lors, il apporte son savoir-faire aux Forces de défense et de sécurité (FDS) et à la Justice du Burkina Faso, mais aussi à d’autres pays…

Écouter l’article
publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page