Burkina Faso : Des journalistes formés sur le programme « Giving for Change » de l’ABF

L’Association Burkinabè de Fundraising (ABF) a organisé une session de formation et d’information sur le programme « Giving for Change », du 17 au 18 janvier 2022 à Ouagadougou. Cette formation a pour objectif de permettre aux participants d’avoir une bonne compréhension des objectifs du programme et susciter l’accompagnement des médias dans sa mise en œuvre. 

La suite après cette publicité

Après son programme « Change the Academy », l’Association Burkinabè de Fundraising (ABF) revient avec un autre programme « Giving for change ». Et pour permettre une mise en œuvre réussie de ce programme, l’association a organisé un atelier d’information et de formation au profit d’une dizaine d’hommes de médias.

La formation a concerné une dizaine de journaliste de plusieurs médias en 48 heures.

Les journalistes ont reçu des informations sur la connaissance de l’association ainsi que du nouveau programme. En effet, le programme « Giving for change » « Donner pour le développement endogène »  est un programme qui promeut le développement endogène.

Selon, Abdoulaye Sawadogo, président de l’ABF, l’objectif était de faire comprendre aux journalistes la vision la mission de leur  structure.

« L’ABF est une structure qui a pour vocation d’accompagner les associations à base communautaire pour la mobilisation de ressources afin de mettre en œuvre leur projet de développement. C’est dans ce cadre que nous avons développé deux programmes et le premier programme commencé en 2017 s’appelle  Change the Academy et le 2e programme que nous venons de démarrer où nous avons invité les journalistes qui doivent faire partie de la mise en œuvre s’appelle Giving  for change  pour le développement endogène.

Il était important pour nous d’associer ces journalistes pour que ce 4e pouvoir puisse  comprendre la démarche de cette nouvelle approche et nous accompagner pour la mise en œuvre réussie de son programme », a-t-il affirmé.

Abdoulaye Sawadogo, directeur général de l’ABF est convaincu qu’il n’ y a aucun doute à leur niveau  » nous pouvons à travers nous même construire notre développement ».

Il a laissé entendre que le rôle de ces journalistes c’est  de suivre les actions qui seront menées sur le terrain par les communautés de pratique pour amener à l’association, les histoires à succès et les difficultés aussi rencontrées lors de leur passage pour permettre de recadrer les choses. « Comme c’est une nouvelle approche il faut vraiment un suivi très rapproché pour nous permettre de recadrer si besoin est pour pouvoir bien faire les choses », a expliqué le directeur de l’ABF.

Deux modules dont la mobilisation des ressources et la mobilisation de soutien ont été  enseignés aux journalistes. « On a traversé aussi la carte communautaire de performance, le développement endogène qui s’est invité aussi parce que notre focus c’est le développement endogène et pour mieux faire les choses il faudrait que les gens maitrisent ce contexte d’abord et là les choses seront faciles pour la mise en œuvre », dixit Abdoulaye Sawadogo. Selon Denise Coulibaly, journaliste à Savane Médias, c’est un plus pour elle  de savoir ce que c’est giving for change.

« L’autre chose également c’est de savoir que nous n’avons pas besoin d’aller ailleurs pour chercher des financements pour nos propres projets de développement dans nos communautés et avec la formation que j’ai pu avoir, les présentations que nous avons eu durant ces deux jours, j’ai pu voir que cette association a pu mobiliser,  à montrer à des associations que l’on peut avec les sociétés au Burkina Faso mobiliser des fonds , mobiliser également des gens qui vont vous soutenir, même si ce n’est pas financièrement à mener à bien un projet qui va intéresser la population cible et que la population cible même sans rien peut également contribuer », a-t-elle expliqué.

Denise Coulibaly, journaliste à Savane Medias, a noté que c’est un plus pour elle  de savoir ce que c’est que giving for chance.

Oumarou Ouédraogo du média en ligne lefaso.net, quant à lui a laissé entendre que ces 48h lui  ont permis de découvrir d’abord l’association et ses missions.

« On a pu comprendre comment l’association accompagne les organisations sur le terrain à s’approprier même de leur propre force c’est-à-dire s’appuyer sur leur propre acquis  pour pouvoir aussi non seulement mobiliser, mais également de façon utile c’est  le développement endogène », a-t-il déclaré.

Oumarou Ouédraogo a affirmé que ces 48h de formations lui  ont permis de découvrir d’abord l’association et ses missions.

 L’Association Burkinabè Fundraising (ABF) est une association qui accompagne les organisations de la société civile dans leur travail de mobilisation de soutien et des ressources et dans la réalisation de leurs projets de développement endogène.  Elle est créée le 23 décembre 2008 et officialisée   le 22 mai 2009.

 A partir de 2017, à travers son premier programme Change the academy, elle a formé plus de 50 associations au Burkina Faso  et  les gens ont mobilisé des ressources à l’interne sans faire appel à un partenaire externe. Son 2e programme Giving for Chance est la suite logique du premier programme. Il a une durée de 5ans.

Ce sont 6 régions dont l’Est, centre Est, Sahel, Centre Nord, Nord, Boucle du Mouhoun et 8 communes sont concernées par ce programme au Burkina. Ce programme sera mis en œuvre dans huit pays partenaires. Il s’agit du Kenya, du Ghana, de l’Ouganda, du Mozambique, du Burkina,  du Brésil et de la Palestine.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page