Restriction de Facebook au Burkina : Des acteurs du E-commerce crient au secours

La League des acteurs du E-commerce est montée au créneau ce mardi 18 janvier 2022 pour interpeller le gouvernement sur les conséquences de la restriction de l’utilisation de Facebook au Burkina Faso. 

La suite après cette publicité

La League des acteurs du E-commerce regroupe les commerçants qui vendent des produits et des services à travers les plateformes digitales. Ce système de vente en ligne qui, emploie des milliers de jeunes, selon la League, est au ralenti depuis la restriction de l’utilisation de Facebook au Burkina Faso le 11 janvier 2022.

« Pour le monde des affaires, les voyants sont au rouge et l’horizon s’assombrit de jour en jour au regard de la situation », a déploré Sampebgo Kevin Arsène, le président de la league des acteurs de E-commerce.

Sampebgo Kevin Arsène, président de la League des acteurs du E-commerce

Pour la League, cette restriction vient aggraver la situation socio-économique marquée par le terrorisme et le covid-19. La coupure d’internet pendant de 8 jours du mois du novembre 2021 a laissé des traces indélébiles dans la mémoire des acteurs du commerce en ligne qui voient une fois de plus leurs chiffres d’affaires se rétrécir avec la restriction de l’utilisation de Facebook.

A écouter Sampebgo Kevin Arsène, les perturbations de la connexion et la restriction de Facebook ont engendré une baisse de 90 à 95% de leur clientèle. « Facebook est devenu, pour nous les jeunes commerçants, un moyen de prédilection pour écouler nos produits et services. Couper cet outil de travail signifie, pour nous, entrepreneurs, envoyer beaucoup de jeunes au chômage », a laissé entendre le président de la League.

Les acteurs de E-Commerce se disent confrontés à une augmentation des charges liées à la communication, des difficultés à honorer les engagements auprès des institutions financiers, et à la longue liste des difficultés pour payer les salaires des employés.

Ils craignent alors la fermeture de leurs entreprises. « Si rien n’est fait urgemment dans les jours à venir, c’est l’emploi de près de 1000 jeunes à Ouaga qui seront menacés et à Bobo environ 400 jeunes », a souligné le président de la League.

La League des acteurs du E-commerce interpelle le gouvernement burkinabè pour qu’il « communique clairement sur la question, à défaut de proposer des solutions palliatives qu’il rétablisse l’accès à Facebook pour nous permettre de mener sereinement nos activités ».

Akim KY
Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page