Coup d’Etat au Burkina : Les propositions de l’Initiative des journalistes Africains pour la coopération et le développement (IJACOD)

Ceci est une déclaration de l’Initiative des journalistes Africains pour la coopération et le développement (IJACOD) sur la situation nationale au Burkina Faso.

Au petit matin du dimanche 23 janvier 2022 jusqu’au lundi 24, nous avons assisté avec inquiétude à l’entrée en scène de l’Armée dans la vie politique. Les armes pendant deux jours se sont fait entendre. Ce qui s’est apparenté au premier moment comme une mutinerie dont les desseins étaient  des revendications corporatistes aux militaires s’est mué à un changement à la tête de l’Etat.

La suite après cette publicité

La démocratie burkinabè est l’arrêt depuis le lundi 24 janvier 2022 avec le coup d’Etat perpétré par le Lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba.  Les institutions républicaines sont mises en veilleuse avec les Hommes qui étaient à leurs têtes.

Aujourd’hui une junte militaire commande  la vie de la nation. L’Initiative des journalistes Africains pour la coopération et le développement (IJACOD) prend acte de cet état de fait. Par ailleurs, elle rappelle qu’elle marque son attachement à la démocratie et à la République, condamne avec vigueur l’intrusion des armes dans la marche du pays.

Elle en appelle à un retour dans les meilleurs délais à l’ordre constitutionnel. Elle demande par ailleurs aux nouveaux maîtres du pays qui sont parvenus à se hisser au sommet de l’Etat au prix d’un changement politique violent de garantir à l’opinion la liberté d’expression et la liberté de presse chèrement acquises  par le peuple burkinabè au prix des luttes multiformes.

IJACOD  qui est une initiative qui regroupe les journalistes qui s’intéressent aux questions de la coopération et du développement se préoccupe des tournures que peut prendre la situation au regard d’éventuelles sanctions dont le Burkina Faso peut être passible.

Elle exhorte la clémence de la communauté internationale, vu le  contexte sécuritaire dont le pays est victime de même que  la situation de pandémie liée à la maladie à coronavirus à nous faire l’économie des sanctions économiques et financières.

Le Burkina Faso vit une crise sécuritaire sans précédent, si en plus de ces difficultés, on le soumet à des punitions  démesurées, il risque d’avoir mal à sa survie. A la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), nous demandons de tenir compte de la fragilité dans laquelle le phénomène de l’insécurité a mis le pays a genou pour ne pas l’assommer avec le marteau des mesures drastiques qui pourra participer à l’accentuation de la détérioration du tissu socio-économique du Burkina Faso.

L’Initiative des journalistes Africains pour la coopération et le développement (IJACOD) préoccupée par la situation sécuritaire avait anticipé en 2018 en proposant à ses partenaires, dans le cadre d’un Salon, la réflexion en termes de communication à comment faire pour que le fléau du terrorisme n’annihile pas l’effort que consentent les partenaires au pays.

Elle avait en outre pour souci l’image du pays qui était écornée et qui faisait peur à d’éventuels investisseurs qui voulaient s’établir au Burkina. Le thème du Salon  était : «  Quelles stratégies de communication pour une meilleure visibilité des actions de coopération et le développement au Burkina Faso, dans un contexte de menaces terroristes ?».

Malgré ce sens d’anticipation, la crise sécuritaire est allée crescendo en jetant des milliers d’hommes, femmes et enfants dans l’errance dans leur propre pays. Si en plus de ce supplice la communauté internationale et particulièrement l’instance régionale qui est la CEDEAO nous inflige des sanctions, la possibilité de se relever après le retour à l’ordre constitutionnel ne sera pas un acquis.

Alors l’indulgence peut être un bon marqueur, qui a ce que d’autres méthodes de  pressions qui n’interviennent pas dans le quotidien des populations soient utilisées pour dissuader les militaires à un retour dans les casernes dans les délais raisonnables.

Au regard de la situation IJACOOD, suggère :

-La reconquête des pans du territoire national ;

-le retour des déplacés internes dans leur localité d’origine ;

-le retour de l’administration publique dans les localités libérées ;

-une gouvernance vertueuse et inclusive de la transition,

-préserver la liberté de la presse et d’opinion ;

-le retour à l’ordre constitutionnel dans un délai raisonnable ;

S’agissant des partenaires du Burkina Faso, IJACOD souhaite qu’ils continuent d’aider le pays qui vit sans doute la pire difficulté de sa vie en tant que nation. D’ailleurs un proverbe de chez nous dit que c’est dans les moments difficiles qu’on a plus besoin de ses amis.

IJACOD croit au génie du peuple burkinabè pour surmonter les difficultés actuelles, et invite tout le peuple burkinabè au travail et de privilégier le dialogue. Parce qu’elle estime qu’aucun développement n’est possible dans les crises.

Le Secrétaire Exécutif de IJACOD

Jean Victor OUEDRAOGO 

Écouter l’article
publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page