« Nouvelle vision » (NOVI) : Un nouveau parti politique au Burkina Faso

Un nouveau parti politique dénommé ‘’Nouvelle vision’’ (NOVI) a été présenté à la presse ce mercredi 9 février 2022 à Ouagadougou. Après la présentation de leur parti, les responsables se sont prononcés sur la situation nationale et celle du Mali. 

La suite après cette publicité

Selon les fondateurs, ce parti (Nouvelle vision) a été créé suite à la dégradation de la classe politique du pays qui se résume affirment-ils à la « recherche d’intérêts personnels égoïstes » au détriment des populations. « Toujours les mêmes qui partent, qui reviennent, sous d’autres appellations, la nécessité de création d’un parti politique fondé sur des valeurs, des idéaux qui permettront de défendre le Burkinabè sans voix, Burkina nouveau s’impose », a déclaré Patrice Soulama, vice-président de la NOVI.

Ce parti promet aux Burkinabè, une politique où tous les citoyens quel que soit leur rang social auront une place. A entendre le vice-président de ce parti, la déception créée par les Hommes politiques actuels ne peut laisser la jeunesse consciente du Burkina à baisser les bras. « La politique du ventre, du bas-ventre, l’achat des consciences qui gangrène notre politique ne sauraient être une excuse pour les honnêtes citoyens de baisser les bras », a-t-il lancé.

Les fondateurs de la NOVI se disent ne pas être socialistes ni libéralistes. Leur idéologie se caractérise entre autres par la création d’une démocratie économique, la défense d’une identité nationale, panafricaine et le refus des influences étrangères.

Abdoudramane Sawadogo, président de la NOVI

Sur la situation nationale, la NOVI encourage les nouvelles autorités à travailler avec tout le monde sans distinction d’ethnie, de religion, de sexe et de classe sociale. « La NOVI les encourage à écouter le peuple, le bas-peuple, afin de restaurer un nouveau Burkina, un Burkina qui nous fera tourner vers l’avenir et qui déclenchera cette marche triomphale vers l’horizon du bonheur », a appelé le président du parti, Abdoudramane Sawadogo.

Également le président de la NOVI a fait quelques suggestions au président du MPSR, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba. Il lui suggère de choisir des hommes et femmes, humbles, honnêtes, intègres et une équipe multivariée. Aussi, il l’invite à supprimer les avantages financiers qu’avaient les anciens ministres pour les ministres du gouvernement de la transition. Le président de la NOVI demande même au président du MPSR d’élaborer un nouveau système de gestion vertueuse de l’Etat.

Pour ce qui est de la situation du Mali, la NOVI invite la CEDEAO à être une communauté des peuples et à lever les sanctions prises contre le pays.

Willy SAGBE

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page