Soum, le premier village au Burkina à avoir sa propre école maternelle publique, grâce à Res Publica

Soum est le nom d’un village situé dans le département de Nanoro, province du Boulkiemdé. La localité a bénéficié d’un Centre d’Eveil et d’Education Préscolaire (CEEP) de la part de l’ONG Res Publica. Cet établissement scolaire entièrement financé par Res Publica à hauteur de 100 millions de Francs CFA, a été inauguré ce vendredi 18 février 2022 à Soum.  

La suite après cette publicité

Fonctionnel depuis le 29 novembre 2021, le Centre d’Eveil et d’Education Préscolaire (CEEP) de Soum accueille 106 élèves dans un bâtiment de trois classes affectées à la petite, moyenne et grande section. L’infrastructure compte aussi un bureau, un réfectoire, un magasin une cuisine, un forage, des latrines et deux apatams, à un coût estimé à plus de 100 millions de francs CFA.

« Nous avons construit et équipé 17 établissements scolaires »

Pour Françoise Perrin, la présidente de Res Publica, le village de Soum est le premier village au Burkina Faso  à avoir sa propre école maternelle publique. A l’entendre, la réalisation du centre d’éveil et d’éducation de Soum entre dans la vision de Res Publica « qui s’est lancée le défi d’apporter au plus proche des populations l’accès à une éducation dès la plus tendre enfance ». 

Créée en 2001, l’ONG Res Publica reste constante dans ses actions envers le secteur éducatif burkinabè. « En 20 ans dans les communes rurales de Nanoro, Pella et Saow, nous avons construit et équipé 17 établissements scolaires allant de l’école primaire au collège. 

Environ 500 salles de classe ont été construites ou réhabilitées, des centaines de logements d’enseignants ont vu le jour ainsi que 160 forages scolaires et trois internats à l’attention des jeunes filles », a cité Françoise Perrin. Aussi l’engagement de Res Publica répond à la volonté d’accompagner l’Etat burkinabè dans l’objectif global « L’éducation pour tous ».

L’ouverture du centre d’éveil et d’éducation préscolaire (CEEP) de Soum porte à trois le nombre d’établissements préscolaires construits en zone rurale par l’ONG. « L’implantation de CEEP en milieu rural est le moyen essentiel pour réduire les inégalités qui existent entre les enfants des villes et ceux des campagnes », a indiqué Françoise Perrin.

Françoise Perrin, présidente de Res Publica

« C’est une chose incommensurable »

 Les autorités provinciales, communales, et coutumières ont joint leur voix à celle de la population bénéficiaire pour exprimer leur gratitude à Res Publica pour son engagement dans la province du Boulkiemdé depuis une vingtaine d’année. « Depuis que l’ONG Res Publica est arrivée sous la conduite de madame Perrin, la province du Boulkiemdé n’a pas démérité.

 Les actions qu’elle mènent au quotidien pour améliorer le cadre de vie et de travail de nos enseignants, pour mettre à l’aise nos élèves, nos enfants, et pour les préparer à leur avenir, c’est une chose incommensurable », a laissé entendre Agnès Yaméogo, Directrice provinciale de l’éducation préscolaire, primaire et non formelle du Boulkiemdé.

En rappel, Res Publica est une Organisation non gouvernementale présente au Burkina Faso depuis 2001.  Elle agit dans le domaine de la santé, l’éducation et bien d’autres à travers des réalisations d’infrastructures et d’autres actions humanitaires au profit des populations.

Akim KY

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page