Lutte contre le Terrorisme : Le président Damiba appelle les médias à une communication responsable

Le président du Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a exhorté ce jeudi 14 avril 2022 les médias à ne pas exposer dans leur traitement de l’information, les populations et les forces combattantes engagées dans la lutte contre le terrorisme.

La suite après cette publicité

Le président du Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a réaffirmé sa volonté «d’accompagner au mieux» la liberté d’informer et le droit du public à l’information, a rapporté l’Agence d’information du Burkina (AIB).

Le chef de l’Etat qui s’exprimait lors d’une rencontre avec des responsables de médias publics et privés, a cependant fait appel à leur responsabilité sociale.

En rapport avec le traitement de l’information en période de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, a ajouté l’AIB, Paul-Henri Sandaogo Damiba a demandé aux journalistes de ne pas se limiter à des approches superficielles.

De son avis, les hommes de médias doivent chercher à comprendre les causes profondes de cette crise mais également bien diffuser des informations mesurées et calibrées, peut-on lire.

Pour le président du Faso, la publication de certaines informations comme la reprise de certaines localités ou la réouverture de certaines écoles, peut entrainer des représailles, dans la mesure où le pays n’est pas encore totalement sécurisé, selon toujours l’Agence d’information.

Ce point du vue du chef de l’Etat a entrainé des réactions parmi les journalistes qui estiment que l’armée doit communiquer pour ne pas donner l’impression que rien n’est fait face aux multiples attaques, puisque la Grande Muette a changé sa manière de communiquer depuis quelques temps.

Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a assuré que la communication sera maintenue mais que la forme et la manière vont changer pour ne pas, dit-il, exposer davantage les populations et les forces combattantes. Le point hebdomadaire sur les opérations de sécurisation du territoire est devenu mensuel.

D’après le Chef de l’Etat, il faudra plus se focaliser sur des indicateurs montrant par exemple, la reprise de localités que d’évoquer des bases terroristes détruites, estimant qu’il n’est pas opportun de s’appesantir sur le nombre d’assaillants tués, au moment où l’on tend la main aux fils de la Nation qui ont pris des armes contre leur pays, a conclu l’AIB.

Écouter l’article
publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page