Ukraine : Menaces de Vladimir Poutine, gaz russe suspendu, sanctions…

Le conflit russo-ukrainien est maintenant à son deuxième mois alors que le président Vladmir Poutine maintient l’offensive en Ukraine malgré les sanctions économiques et diplomatiques. « Il n’y a pas d’alternative », a-t-il commenté ce mercredi 27 Avril 2022, tout en dénonçant « les plans d’étouffement économique contre la Russie » qui, selon lui, sont un échec.

La suite après cette publicité

Lancée le 24 février 2022, l’opération militaire russe sur l’Ukraine à pris des proportions globales avec des conséquences énormes sur l’économie mondiale.

Face à la mobilisation de l’OTAN derrière l’Ukraine, le Président Poutine rappelle qu’« il y aura une réponse » et que les puissances qui ont l’intention d’intervenir « doivent savoir qu’ils créeront une menace géopolitique (…) Nous avons pour cela des instruments que personne n’a aujourd’hui, et nous utiliserons ces outils si c’est nécessaire, je souhaite que tout le monde le sache« , a-t-il menacé.

« Des semaines extrêmement difficiles » attendent l’Ukraine, selon les mots du ministre ukrainien de la Défense, Oleksiï Reznikov au regard de l’éminente offensive russe dans l’Est et qui constitue une priorité pour Poutine. Aussi selon le Kremlin, une « grande quantité » d’armes livrées à Kiev par les États-Unis et des pays européens aurait été détruite par des missiles russes, dans le sud-est de l’Ukraine.

A Marioupol, ville portuaire stratégique, assiégée par l’armée russe qui bloque toujours les soldats ukrainiens près de l’usine d’Azovstal, selon le rapport quotidien du ministère ukrainien de la Défense, le commandant de la 36e Brigade des Marines de Marioupol, Sergueï Volyna, a un nouvel appel à l’aide.

« Mon message aujourd’hui est : sauvez la garnison de Marioupol, menez pour nous une opération d’exfiltration. Les gens vont simplement mourir ici (…) les civils meurent avec nous (…) la ville est quasiment effacée de la surface de la Terre », a-t-il imploré dans un message partagé sur Telegram. Selon lui, 600 soldats blessés et des centaines de civils se trouveraient à l’intérieur de l’usine.

Gazprom, le principal fournisseur de gaz russe à la Bulgarie et la Pologne a décidé de la suspension des approvisionnements à ces deux pays de l’Union Européenne (UE). Ces deux pays très dépendants du gaz russe, n’auraient pas effectué leurs paiements en roubles, selon le groupe. Le Kremlin estime quant à lui qu’il s’agit plutôt de la conséquence d’actes hostiles inédits à l’encontre de la Russie.

« Nous ferons en sorte que la décision de Gazprom ait le moins d’effet possible sur les consommateurs européens », a promis Ursula von der. Elle ajoute par ailleurs que « le Kremlin fait mal à l’économie russe car [les Russes] se privent eux-mêmes de revenus importants ». En réalité, les entreprises au sein de l’UE acceptant de payer le gaz russe en roubles, comme l’exige Moscou, violent les sanctions économiques contre la Russie et s’exposent à un risque juridique « élevé », selon la cheffe de l’exécutif européen.

Anticipant une suspension de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), la Russie a demandé ce mercredi 27 Avril 2022 à vouloir se retirer de cette agence des Nations Unies. Une suspension par la suite actée par l’organisation, composée de 159 États membres, estime que l’invasion de l’Ukraine est jugée contraire à ses « valeurs ».

Avant l’OMT, la Russie a été notamment exclue du Conseil des droits de l’homme (CDH), mais aussi du Conseil de l’Europe notamment.

En retour, la Russie a interdit  ce mercredi 27 avril, 287 membres du Parlement britannique d’entrer sur son territoire. Cette décision constitue une réponse à une mesure similaire prise par Londres à l’encontre de députés russes ayant soutenu l’offensive en Ukraine.

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres est arrivé mercredi en Ukraine. Il s’agit de sa première visite dans le pays depuis le début de l’invasion russe. Il doit visiter les villes de Borodianka, Irpin et Boutcha, théâtres d’exactions particulièrement violentes pendant l’invasion russe. Il rencontrera par la suite, le ministre des Affaires étrangères Dmytro Kouleba et le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : TF1

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page