Mine de Perkoa : Ce que l’Unité d’Action Syndicale (UAS) a dit aux autorités ce 1er mai

A l’occasion de la Journée mondiale du travail, célébrée chaque 1er mai, l’Unité d’Action Syndicale (UAS) a marché en direction du Ministère de la Fonction Publique, du Travail et de la Protection Sociale. Une plateforme minimale des travailleurs a été reçue par le Premier ministre Albert Ouédraogo, ce dimanche 1er mai 2022 à Ouagadougou. 

La suite après cette publicité

Partis de la Bourse du travail de Ouagadougou, ils étaient plusieurs centaines de marcheurs sortis pour commémorer cette journée dédiée aux travailleurs et exprimer leurs besoins au gouvernement.

La sécurité des populations et de leurs biens ; l’assainissement de la gestion des ressources nationales ; Le respect et l’élargissement des libertés démocratiques et syndicales et la promotion du travail décent ; La mise en œuvre et le respect des engagements pris avec les organisations syndicales ; La garantie du pouvoir d’achat.

C’est ce qui a résumé les grandes lignes des revendications des syndicats du monde du travail burkinabè remis au Premier ministre, Albert Ouédraogo. Le chef du gouvernement a saisi l’occasion pour rendre hommage à l’ensemble des travailleurs du Burkina Faso tout en rassurant la centrale syndicale de l’attention que porte son gouvernement aux revendications des travailleurs.

« En recevant votre plateforme minimale revendicative ce matin, je suis animé d’un sentiment envers vous. Cette forte écoute pour le soutien que vous accordez à mon gouvernement pour la consolidation de la vitalité du dialogue sociale dans notre pays. Je ne doute point de la pertinence des revendications soumises au gouvernement.

 C’est le lieu pour moi de rassurer l’ensemble des syndicats que leurs préoccupations seront examinées avec la plus grande attention et de leurs résolutions dans   la limite de nos moyens. En tout état de cause, j’ai demandé à l’ensemble des départements ministériels de ressortir les protocoles d’accords signés par l’État pour examen diligent », a adressé aux syndicats, le premier ministre Albert Ouédraogo.

« L’UAS dans son ensemble s’oppose à l’augmentation du prix du pain »

Après cette étape les travailleurs se sont retrouvés à la Bourse du travail pour un meeting. C’est aussi le moment pour l’UAS de se prononcer sur les sujets d’actualité.

« Sur l’inondation de la mine de Perkoa, à plus de deux semaines de l’événement, les chances de retrouver les huit travailleurs vivants s’amenuisent de jour en jour. L’UAS interpelle la direction de la société et surtout les autorités pour que soient engagées toutes les mesures pouvant permettre de les retrouver. 

A propos du prix du pain, la Fédération Burkinabè des patrons de boulangeries, pâtisseries et confiseries (FBPBPC) a annoncé une prochaine augmentation du prix du pain qui pourrait passer de 150 à 200 francs la baguette de 200 g. 

 Comme elle l’a clairement dit au cours de la rencontre du comité tripartite le lundi 25 avril 2022, l’UAS est opposée à une augmentation du prix du pain. Cette position se fonde sur la situation difficile à laquelle font face les populations. 

La place du pain dans l’alimentation des populations notamment urbaines, la duperie dont les consommateurs ont été victimes en 2017 avec la non application des prix et des poids des baguettes fixés alors par le comité tripartite. L’UAS dans son ensemble s’oppose à l’augmentation du prix du pain », a laissé entendre Olivier Guy Ouédraogo, secrétaire général du CSB, le président du mois des centrales syndicales.

Akim KY

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page