Verdict du litige foncier à Ouidtenga : Victoire d’étape des riverains sur la société Immorex

Le litige foncier qui oppose les riverains de Ouidtenga à la société immobilière Immorex a connu son verdict le mercredi 18 mai 2022. L’information est donnée par les membres de l’Association Sidinwa pour le développement du village de Ouidtenga (ASDVO) au cours d’un point de presse le samedi 21 mai 2022 dans ladite localité. Les responsables de la société immobilière sont toujours en concertation pour la marche à suivre. 

La suite après cette publicité

Depuis le 19 février 2022, date de leur premier point de presse, les membres de l’Association sidinwa pour le développement du village de Ouidtenga (ASDVO) reprochaient à la société immobilière Immorex l’acquisition d’un titre foncier de 666 ha de terre de façon plus ou moins « frauduleuse ». pour se faire entendre, ils ont décidé de faire recours à la justice afin que les responsabilités soient situées.

Le mardi 17 mai 2022, le verdict de la justice est tombé avec une issue favorable pour les plaignants de Ouidtenga. Pour les riverains de cette localité, le résultat est légitime au vu des efforts consentis. «  Le verdict que nous avons reçu du tribunal donne raison au groupe du village de Ouidtenga qui avait porté plainte contre la société de Immorex, en reconnaissant que les terrains qui font les 666 ha dont la société immorex tient un titre foncier rien que ces terrains n’appartiennent pas en totalité à Immorex.

Tous ceux qui ont porté plainte ont été reconnus comme véritablement fondés dans leur plainte et leurs terrains ne sont pas la propriété de Immorex et c’est leur propriété propre », a souligné Isidore Bougouma, secrétaire général de l’ASDVO.

Isidore Bougouma, SG de l'ASDVO
Isidore Bougouma, SG de l’ASDVO

Nous sommes satisfaits du verdict!

Victorieux de cette première étape, Les membres de l’ASDVO ont manifesté leur satisfaction vis-à-vis du verdict. Car disent-ils, le chemin a été long et parsemé d’embuches. A les écouter, le recours à la justice n’est pas fortuit et cela est intervenu après plusieurs démarches pacifiques entreprises sans la moindre satisfaction.

« Ça fait plusieurs années que nous demandons simplement cela et nous avons donc tout essayé, nous avons essayé par la négociation, fait une médiation, nous avons voulu régler ça à l’amiable. Nous avons finalement dû aller vers la justice et nous sommes satisfaits. Nous n’allons pas bouder notre joie mais disons ce n’est pas d’avoir raison à ce jugement. Nous voulons simplement que les gens puissent rentrer en possession de leur terrain », a affirmé Isidore Bougouma.

Isidore Bougouma a par ailleurs annoncé que la justice  a accusé la société immobilière Immorex de « stellionat » et l’a  condamnée, à cet effet, à payer aux plaignants  la somme de 5.000.000 de FCFA au titre des frais exposés et non compris dans les dépens.

Les membres et sympathisants de l'ASDVO
Les membres et sympathisants de l’ASDVO

Nonobstant cette victoire d’étape, les membres de l’ASDVO ont estimé que la satisfaction ne sera totale que lorsque tous les propriétaires lésés vont rentrer en possession de la totalité de leurs terres sans la moindre inquiétude. Et que les personnes qui sont « injustement » en prison pour cette affaire soient relaxées.

Immorex possède un équivalent de 129 ha

Bien que les propriétaires terriens aient réaffirmé avoir vendu des terres à Immorex, ils ont réfuté celui des 666 ha que ce dernier clame et  réclame. « Pour la société Immorex, c’est l’équivalent de 129 ha.  Globalement c’est environ 300 ha qui sont l’objet de cette plainte. Et 129 ha appartiennent à la société immobilière Zagrache », a indiqué Isidore Bougouma.

Trois dossiers faut-il le rappeler, sont toujours en attente devant les juridictions compétente toujours en lien avec le village de Ouidtenga. Il s’agit d’une plainte contre la société immobilière Zagrache, NIPAB, et la mairie de l’arrondissement 11. Une autre, contre des propriétaires terriens de Ouidtenga et de Balkuy.  Et la dernière contre Immorex par Bougouma Boniface et 34 autres personnes.

Burkina 24 est rentré en contact avec Abdoul Rahouf Pafadnam, le porte-parole de la société immobilière Immorex qui a laissé entendre qu’ils sont en concertation avec leurs conseillers pour la conduite à tenir face au verdict qui est en leur défaveur.

Aminata Catherine SANOU

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page