Procès Sangaré vs Dem : Des écoutes téléphoniques contre l’ancien président de la FBF

Un procès pour diffamation oppose l’ancien président de la Fédération burkinabè de football (FBF) Sita Sangaré à Issoufou Dem, chroniqueur sportif. Il est reproché à Issoufou Dem d’avoir tenu des propos diffamatoires à l’encontre de Sita Sangaré en affirmant qu’il a manigancé pour destituer son successeur Lazare Banssé.

La suite après cette publicité

Dans un premier temps reporté, le procès entre l’ancien président de la Fédération burkinabè de football (FBF) Sita Sangaré et Issoufou Dem s’est ouvert le mardi 24 mai 2022 à Ouagadougou. Sita Sangaré reproche à Issoufou Dem, chroniqueur sportif d’avoir tenu des propos diffamatoires à son encontre.

Dans une émission sur une station de la place, Issoufou Dem avait avoué que le colonel Sita Sangaré a rendu visite à plusieurs reprises à Amado Traoré en vue de destituer Lazare Banssé, l’actuel président de la FBF.

L’accusation

« Dans ce procès, monsieur Sita Sangaré accuse notre client de l’avoir diffamé en ayant tenu certains propos. D’abord, il reproche à notre client d’avoir dit qu’il aurait manigancé pour destituer Lazare Banssé de la fédération et que c’est de la diffamation. Cela aurait été de la diffamation si le prévenu n’avait pas de preuve », confirme Prosper Farama au sortir de ce procès.

Lire aussi: Affaire Sita Sangaré vs Aristide Bancé : Le dossier renvoyé au 31 mai

L’avocat du prévenu Prosper Farama a dévoilé des conversations qui prouvent, selon lui, que Sita Sangaré a sollicité Issoufou Dem pour fixer un rendez-vous avec Amado Traoré.

L’avocat assure qu’il existe bien des preuves confirmant les propos de Issoufou Dem. « (…) Le prévenu tient en sa possession une preuve qui vienne de la bouche même du colonel Sita Sangaré qui, lors d’un entretien en octobre 2021, en rappel, il a sollicité le concours de notre client pour voir Amado, son mentor afin que, selon ses propres termes, son bloc et le bloc de Amado fasse coalition pour pouvoir susciter une assemblée générale dans laquelle Lazare Banssé devrait être débarqué, assure Prosper Farama qui insiste, donc, il l’a effectivement dit ces choses-là, heureusement qui ont été enregistrées à l’époque par le prévenu. Parce que s’il ne les avait pas enregistrées, il serait mort aujourd’hui parce qu’il n’aurait jamais eu la preuve de ce qu’il dit ».

Selon Prosper Farama, Sita Sangaré était « désemparé » et a montré de « l’énervement » lorsqu’il a été confronté à cette preuve. Cependant, l’ancien président de la FBF aurait reconnu le contenu de certaines parties de l’enregistrement tandis que son avocat estime que cette preuve a été obtenue de façon illégale.

Des parties de l’enregistrement sectionnées

« En tant que des hommes d’honneur, la question ne devrait même pas se poser de savoir comment cela a été obtenu. (…) Ce qui est important pour nous, est de savoir si oui ou non le colonel Sita Sangaré a-t-il dit cela à monsieur Dem ici présent (…) », soutient Prosper Farama. Il compare l’attitude de Sita Sangaré à celui du colonel Djibril Bassolé lors du putsch manqué en septembre 2015.

Cependant, le tribunal qui avait suspendu l’audience pour juger de la recevabilité de la pièce a souhaité que l’entièreté de l’enregistrement soit fournie. Pourtant, Proposer Farama affirme avoir lui-même souhaité que certaines parties soient « sectionnées » car portant atteinte à la vie privée de certaines personnes.

Un autre procès en cours

« C’est pour cela que nous avons demandé que ce soit sectionné puisque ça n’a aucun intérêt avec la procédure, qu’on vienne nous dire ici à la barre que telle personne est un homosexuel et qu’il l’a surpris un jour dans la chambre, la maison en train d’enculer telle autre, vous m’excusez de la vulgarité mais nous ne pensons pas que ça nous permet d’avancer », explique encore l’avocat.

Il promet de revenir avec l’entièreté de l’enregistrement lors de la prochaine audience prévue le 14 juin 2022. Maitre Farama prévient également qu’il reviendra sur l’entièreté des propos tenus dans cette conversation « pour montrer à quel point, il dit des choses qu’il réfute après ».

Sita Sangaré a également attrait en justice l’ancien international burkinabè Aristide Bancé qu’il accuse également de diffamation. Une première audience a été ouverte le mardi 10 mai avant d’être renvoyée au 31 mai 2022.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page