Lettre ouverte du Parti pour la démocratie et le progrès/Parti socialiste (PDP/PS) au président du Faso

Ceci est une lettre ouverte du Parti pour la démocratie et le progrès/Parti socialiste (PDP/PS) au président du Faso, chef suprême des armées, président de la transition, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba.

BURKINA FASO

La suite après cette publicité

UNITE – PROGRES – JUSTICE

Secrétariat Exécutif National (SEN) du Parti pour la Démocratie et le Progrès/ Parti Socialiste (PDP/PS) – Ouagadougou

Ouagadougou, le 22 juin 2022

Monsieur le Président du Faso,

L’état des lieux du Burkina Faso montre que les populations désarmées vivent les cœurs meurtris, moins que des esclaves affamés, un nouvel impérialisme et une nouvelle colonisation dans la nouvelle république islamo-terroriste en expansion dynamique. Il se justifie aisément par l’absence de responsabilité située et dont sans sanction quelconque de tel officier ou tel sous-officier dans la chaine de commandement, depuis le P. F., Chef suprême des Armées jusqu’aux Commandants des Unités départementales combattantes sur le terrain.

Vous le savez bien mieux que qui conque puisqu’étant un des maillons maitres de cette chaine de commandement. Ce constat vous a mu, à la tête du MPSR, à prendre le Pouvoir. Trouvant sur place la légitimité triomphant de la légalité, vous avez été tolérés, voire acceptés par presque tous, sous réserve qu’au moins des villages regagnent leurs terres dans la quiétude. Votre pouvoir, le MPSR profite brillamment pour vous octroyer les fonctions de PF, de PT. L’espoir renait.

Aujourd’hui, la désillusion des désillusions s’impose. Des localités abritant des détachements militaires, brigades de gendarmerie et commissariats de police accessibles que par voie aérienne et/ou par convois militaires spéciaux sous Roch Marc Christian KABORE, vivent la famine, toujours encerclées (Toéni, Djibo). Des localités chassées (Louta, Dounkou, Dagalé, Kwarètocksel, Kolguéré, Gomé, Ouorou) sous les gouvernements précédents jubilaient de joie, croyant à leur retour éminent chez eux et avant la saison des pluies.

De nouveaux pics de victimes (Madjoari, Seytenga), les détournements de carburant par les djihadistes) surgissent, rappelant davantage l’illusion perdue. Près de 5 mois d’exercice du Pouvoir, l’insécurité devient plus vorace que jamais. En lieu et place de la sauvegarde et de la restauration promises, ce sont les djihadistes qui les en font une réalité cruelle. Vous voilà, PF, pétri d’expériences aux fronts. Vous êtes entourés d’officiers aguerris, compétents, stratèges, d’OSC compétentes, loin d’un grand nombre de partis politiques mis en quarantaine car, voués aux hégémonies.

Eh bien ! Vous, à votre tour, êtes frappés d’incapacité ou de trahison du peuple burkinabè et africain sur le terrain. Les FDS sous le PF, chef suprême des Armées refusent ou sont incapables de porter secours aux villages sous le feu des djihadistes qui est de facto un crime contre le Burkina Faso, l’Afrique. A ce titre, votre prédécesseur, Roch Marc Christian KABORE et vous devez forcément répondre des crimes devant les populations du Burkina Faso. Même si vous remporteriez par la suite la guerre, vous répondrez de ces montagnes de morts, de la chasse des individus, des villages razziés, incendiés, chassés et ceux réduits à l’esclavage et du voilage et du viol des filles et femmes en cours et qui ne cessent de prendre de l’ampleur depuis, le 24 janvier 2022, le jour de votre prise de pouvoir.

Le PDP/PS présente ses condoléances, les plus attristées aux familles de toutes les victimes civiles, paramilitaires, militaires, toutes personnes affligées, en un mot le Burkina Faso entier et l’Afrique entière. Ces condoléances et deuils n’ont de sens que si et seulement si vous répondez au réarmement pur et simple de la population et des villages sous le feu en particulier pour se libérer ou vous démissionnez et tout de suite.

Cette libération par les populations elles-mêmes doit être forcément conforme à :

  • Une force exogène ne défend pas le peuple burkinabè, peuple africain, le peuple burkinabè, peuple africain se défend ou perd la Liberté, la Justice, le Progrès et de facto, ère, s’autodétruit, se fossilise et périt ;
  • Une force exogène ne libère pas le peuple burkinabè, peuple africain, le peuple burkinabè, peuple africain se libère ou perd la Liberté, la Justice, le Progrès et de facto, ère, s’autodétruit, se fossilise et périt, par analogie à « On ne développe pas, on se développe » du Professeur Joseph KI-ZERBO cofondateur et premier Président du PDP/PS et doctrine du PDP/PS. En cas de votre démission, un Gouvernement Provisoire de Libération Endogène Totale sera mis en place. Il conduira la guerre populaire endogène généralisée totale, sans faille. Elle sera victorieuse et rapide, certaine et définitive. Cette guerre durera deux (02) mois au plus, à partir du jour de son déclenchement, sur toute l’étendue du territoire.

Veuillez agréer Monsieur le Président du Faso, Chef suprême des Armées, Président de la Transition, l’expression de notre profond respect.

PDP/PS espoir !

PDP/PS espoir !

PDP/PS victoire !

Nan Lara an Sara !

Le Président

Toro DRABO

Écouter l’article
publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page