Réconciliation : « Notre contribution ne peut être importante que si, nous-mêmes, nous sommes crédibles » (Roch Kaboré)

Empêché ce vendredi 8 juillet 2022 par ses partisans et sympathisants de prendre à la rencontre sur la réconciliation nationale initiée par le président Damiba avec d’autres anciens présidents, Roch Kaboré a réagi sur le contenu de la lettre qui lui a été adressée par la présidence du Faso qui, selon lui, ne posait pas spécifiquement un point sur une quelconque discussion sur la réconciliation nationale.

La suite après cette publicité

Pour l’ex-président, la correspondance qui a été envoyée se basait sur la situation nationale de façon générale. Roch Kaboré a confié que la réconciliation nationale est évidente, elle ne doit pas seulement être une réconciliation au sommet.

« Comme vous le savez, il y a un forum de la réconciliation nationale qui doit être organisé. Et le ministre d’État, c’est lui qui travaille à ce que ce forum puisse se tenir. De ce point de vue-là, il est évident que nous ne pouvons pas faire la réconciliation en dehors du peuple burkinabè. 

Je pense qu’aller trop vite en besogne en disant (…) on veut proclamer l’unité, nous, on ne peut pas s’asseoir entre chefs d’État pour décider, que le verdict (procès Thomas Sankara, ndlr) qu’on a prononcé est dissout. Ce n’est pas de notre ressort. Mais comme je dis, le processus de réconciliation nationale suit son court et un forum sera organisé dans ce sens », a ajouté Roch Kaboré.

Sur la sortie de ses partisans Roch Kaboré parle de point de vue, de rigueur de leur part. À l’en croire, participer à une discussion ne veut pas forcement dire que l’on adhère mais « une discussion amène à un échange de points de vue où chaque personne est libre de donner son point de vue. Mais les questions judiciaires ont été prioritaires effectivement dans le débat, il était impératif et je pense qu’on s’est bien compris avec le président Damiba dans nos échanges. 

Il était impérieux qu’également, on puisse respecter un peu cette situation et ne pas créer des questions supplémentaires. Parce que notre contribution ne peut être importante que si nous-mêmes, nous sommes crédibles ».

Willy SAGBE et Welly TAMBOURA

Burkina24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page