Tribune | « Roch Marc Christian Kaboré : L’éternel politicien qui ne s’est jamais assumé » (Cédric OUEDRAOGO)

Ceci est une tribune de Cédric OUEDRAOGO, Président du Mouvement Citoyen de la Diaspora Burkinabè, sur l’actualité nationale.

La dignité et le respect d’un homme politique se mesurent à un double niveau : la capacité à respecter la parole donnée et la responsabilité à défendre les choix opérés. Pour être plus complet, une formule populaire consacre :<<  quand un homme refuse, il dit non >>.

La suite après cette publicité

Cette petite clarification vient mettre à nu cette attitude mi-figue mi-raisin du fondé de pouvoir qu’incarne l’ancien Président Roch Marc Christian Kaboré. Voilà un monsieur qui a eu la charge de gérer le destin de 20 millions de Burkinabè sans jamais été responsable de quoi que ce soit. Pour lui l’enfer c’est les autres.

À travers ces lignes qui vont suivre, nous vous donneront quelques exemples de cette fuite en avant qui a caractérisé la gouvernance de l’ancien Président Kaboré.

L’histoire retiendra qu’à l’avènement des premières attaques terroristes d’envergure dans notre pays, contrairement à sa posture de Chef de l’État qui devrait l’imposer d’être au-dessus de la mêlée pour pouvoir avoir une appréciation objective de ce grave danger sécuritaire afin d’y opposer des solutions adaptées et idoines, le monsieur a adopté cette option facile qui a consisté à faire du régime précédent la cause de ce malheur. Cette fuite de responsabilité a été le creuset de l’enlisement du terrorisme sur le territoire burkinabè les années qui ont suivi.

L’opinion se rappellera des détournements à ciel ouvert et des scandales financiers sans précédent qui faisaient le chou gras des journaux d’investigation pendant la gouvernance du Président Roch. Plusieurs de ses collaborateurs et des cadres de haut rang du régime avaient été épinglés par les structures de contrôle sans que le Président Kaboré ne daigne même par mesure conservatoire relever ces fautifs de leurs fonctions.

L’affaire rocambolesque du charbon fin est l’illustration parfaite de nos propos qui caractérise à souhait le laxisme et le refus du Président Roch d’assumer ses prérogatives.

Comment un Chef d’État qui a passé son temps à jouer à cache-cache avec ses responsabilités pendant 6 années peut-il subitement respecter la parole donnée à prendre part une rencontre de concertation entre chefs d’états le 8 Juillet 2022 dont il a librement consenti ?

De façon honnête et intègre, il aurait fallu que l’ancien Président Roch Marc Christian Kaboré s’assume en répondant simplement non à l’invitation pour les causes qui lui sont propres.

On ne peut pas tout de même se renier en l’espèce de 24 heures à travers un scénario digne d’un film de fiction en prétextant du fait que plusieurs dizaines de vos camarades politiques aient décidé de vous empêcher d’honorer votre engagement.

Bonnes gens, le Président ne pouvait pas ne pas échouer dans la gestion de ce pays. Comment un homme dit d’Etat qui n’est pas parvenu à convaincre une centaine de ses partisans pour prendre part à une rencontre dont il reconnaît la pertinence et dont il avait librement donné son accord de principe, pouvait-il réussir à conduire à bon port la vie de 20 millions de Burkinabè ?

Cédric OUEDRAOGO 

Président du Mouvement Citoyen de la Diaspora Burkinabè

Écouter l’article
publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page