Vivre ensemble : L’ABEEC a engagé le projet Di-jori-diin pour un retour aux valeurs morales et culturelles

L’Association Burkinabè pour l’Emergence de l’Economie de la Culture (ABEEC) a lancé les activités du projet Di-jori-diin/retour sur les valeurs morales et culturelles de référence au Burkina Faso, le 10 août 2022 à Ouahigouya, dans la région du Nord. La cérémonie qui a réuni plus de 500 participants a été marquée par un panel et la signature d’un acte d’engagement à vivre ensemble. 

La suite après cette publicité

Engagé dans la promotion de la culture et du vivre ensemble, l’Association Burkinabè pour l’Emergence de l’Economie de la Culture (ABEEC) a lancé le projet Di jori-diin qui prône le retour aux valeurs morales et culturelles de référence du Burkina Faso.

Le projet consiste à organiser des panels dans six (06) régions du Burkina Faso dont la Région du Centre-sud (Manga), la région du Centre-Est (Tenkodogo), la région du Centre-Ouest (Koudougou), la région du Nord (Ouahigouya), la région des Hauts-Bassins (Bobo Dioulasso) et la région du Centre (Ouagadougou), sur le thème « La valorisation des valeurs morales et culturelles de référence pour la cohésion sociale, la paix et le développement au Burkina Faso ».

Dramane Kawolobou, président de l’ABEEC

Selon Dramane Kawolobou, président de l’ABEEC, l’objectif principal du projet est de contribuer à la promotion des valeurs morales et culturelles car un retour à nos valeurs d’antan est un impératif pour la restauration de la cohésion sociale et la sauvegarde de notre identité culturelle afin de renforcer notre vivre ensemble et la paix au Burkina Faso.

Force est de constater pour l’ABEEC, que les valeurs telles l’intégrité, la dignité, l’hospitalité, la solidarité, la bravoure, le courage, l’amour de la patrie, le patriotisme qui caractérisaient le Burkina Faso ont fait place à l’individualisme, l’incivisme, le banditisme, la délinquance ; la culture du gain facile gagne du terrain, etc.  Il faut donc sauver le peu qui reste encore à travers la sensibilisation de la jeunesse, vibre sensible et levier important de la société. 

« C’est avec une grande tristesse que nous constatons la dégradation progressive de certaines de nos valeurs culturelles et sociétales dont les conséquences ont engendré une détérioration continue de la cohésion sociale, le vivre ensemble sans lesquelles la société ne sera plus cet organisme vivant et dynamique capable de se bâtir un avenir radieux », a-t-il exprimé.

La région du Nord a donc accueilli le lancement officiel des activités du projet Di jori-diin à Ouahigouya le 10 août dernier. Plus de 500 participants (es) ont pris part à la cérémonie de lancement officiel suivi du panel de sensibilisation et d’éducation des populations à travers les valeurs morales et culturelles de référence du Burkina Faso.

En plus du panel, plus de « 300 participants (es) ont procédé à la signature de l’acte d’engagement à vivre ensemble dans la paix, la cohésion et le respect des règles de la société ». La cérémonie a connu la présence des autorités administratives, coutumières et religieuses de la région, qui ont manifesté leur adhésion au projet Di-jori-Diin/retour sur les valeurs morales et culturelles de référence du Burkina Faso.

L’acte d’engagement à vivre ensemble dans la paix, la cohésion et le respect des règles de la société

Pari réussi pour la première étape, l’ABEEC organisera un panel le jeudi 15 septembre à Bobo-Dioulasso et fin septembre à Ouagadougou. Également de nouvelles dates seront programmées pour les autres régions.

Akim KY

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page