Structuration de l’économie informelle : 179 millions FCFA pour la mise place des conseils communaux et d’arrondissements

Un atelier de réflexion pour la mise en place des conseils d’arrondissements et communaux de l’économie informelle, initié par le ministère en charge de la jeunesse se tenait à Ziniaré depuis le mardi 6 septembre 2022. Ce jeudi 8 septembre ce cadre de réflexion sur des perspectives de cette mise en place a refermé ses portes avec une feuille de route mise sur la table. 

La suite après cette publicité

Dans le but de trouver des réponses adéquates et appropriées aux problèmes auxquels sont confrontés les acteurs de l’économie informelle, le gouvernement à travers le Ministère en charge de l’Emploi a institué le Forum National de l’Économie Informelle (FNEI) en 2019, à l’issue duquel la structuration de ce secteur a été retenue.

C’est suite à cela que le ministère a réuni les acteurs pour réfléchir sur la feuille de route de la mise en place des conseils d’arrondissement et communaux de l’économie informelle à travers un atelier qui a refermé ses portes ce jeudi 8 septembre 2022.

Il s’est agi de trois jours de réflexion sur les mécanismes de la mise en place des 19 conseils d’arrondissement et les 306 communes rurales que compte le Burkina Faso, selon Mamadou Cissé, directeur général de l’économie informelle. « Il s’agit de mettre en place les communes rurales des régions du Centre (06), du Plateau Central (17), du Centre-Ouest(34) et du Centre-Sud (16) ; soit un total de 73 CCEI en 2023 et les autres communes progressivement», a-t-il expliqué.

A écouter le directeur général l’insertion professionnelle et de l’emploi, Moumouni Ouédraogo, représentant du ministre en charge de l’emploi, ce mécanisme de plus de 179 millions de F CFA sera mis progressivement en place en fonction de l’évolution de la situation sécuritaire nationale.

« Vu le contexte sécuritaire, nous souhaitons que la situation puisse revenir à la normale pour que nous puissions faire face aux différentes charges, et autres. Vous savez bien que linsécurité est également liée à ces différents facteurs. Avec la situation de l’économie informelle, l’État peut sappuyer sur la question de lemployabilité de ce secteur informel pour résoudre ce problème »,  a-t-il déclaré.

    Moumouni Ouédraogo 

Il faut rappeler que l’objectif général de cet atelier était de mettre en exergue les difficultés et de dégager les modalités de mise en place des CCEI ET CAEI. C’est à ce titre qu’il a regroupé une vingtaine d’acteurs intervenants dans ce domaine. La mise en place de ces conseils précède celles des conseils provinciaux, régionaux et celle nationale.

Abdoul Gani BARRY

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page