Édito | Le Burkina et le Mali, progresser coude à coude !

Tout comme son prédécesseur, le capitaine Ibrahim Traoré a réservé son premier voyage officiel à son homologue malien Assimi Goïta. Pouvait-il en être autrement, quand on sait que les deux pays partagent plus de 1.000 kilomètres de frontière ?

La suite après cette publicité

Depuis que le ballon gonflé du G5 Sahel a explosé avant même d’avoir pris son envol, les dirigeants des États concernés ont compris qu’il fallait se trouver un autre fusil d’épaule, en occurrence, l’accentuation de la coopération bilatérale entre pays.

C’est comme avec le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba qui s’était, lui aussi, rendu aux bords du Djoliba pour sa première visite officielle hors du Burkina. Le colonel Assimi Goïta  et le capitaine Ibrahim Traoré ont convenu de renforcer la coopération militaire entre les deux pays et de mutualiser leurs moyens. Tant mieux !

Mais comme toujours, l’on ne sait pas concrètement comment ce renforcement de la coopération va se traduire sur le terrain de la lutte contre le terrorisme, au-delà des déclarations de bonne intention.

Entre russophilie et russophobie…

Le Mali est un voisin immédiat du Burkina, impacté par l’hydre terroriste depuis plusieurs années. Dans la lutte contre le terrorisme, le « pays de Sogolon Diata Keita » est également de loin l’aîné du « pays des Hommes intègres », notamment en matière de renseignements. La guerre antiterroriste était donc naturellement au menu des échanges entre les Présidents Traoré et Goïta.

Ce voyage de « IB » au bord du Djoliba est, par ailleurs, scruté attentivement par les chancelleries occidentales qui ont une peur bleue qu’au-delà de la cagoule, Assimi Goïta n’influence son jeune frère burkinabè dans le choix de ses principaux partenaires.

Entre russophilie et russophobie, le Burkina sous « IB » est en train de peaufiner des stratégies afin de renforcer ses partenariats. Rien n’est officiel pour l’heure ! Mais quels que soient leurs choix, le Burkina et le Mali doivent faire mieux que les discours, pour réellement mutualiser leurs efforts, indépendamment des sensibilités occidentales ou russes.

La Rédaction

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Un commentaire

  1. We must have reliable partners to win plus to get reliable partners you must be reliable partners. Russia by far have proven to be reliable partners plus world class winner at war no matter how messy situation become. We must not ever forget days of Obama presidency when he begged for US military to have joint maneuvers with elite Malians known for not ever retreating only to have Obama remove all US troops along with their weapons leaving Malian elite defenseless under threat of being attacked by terrorists. Obama call for removing U S troops is he did not want to get United States into war in Africa. Terrorists attacked defenseless elite Malian troops who would not break their code of not to retreat. Thereof all Malian elite troops present were slaughtered. Thereafter was born FAMA commitment to neutralize all terrorists of Mali plus later Sahel nations. It was quite hurtful to hear Biden as United States vice president acknowledge united states’ did not desert Malians plus leave them weaponless when officers of his military had already profess they had done as ordered by Obama.
    Foregoing United States reliability is not what we would like or need but Russia reliability is angel Negroid Africa have far too long been without plus will be dynamic factor in quick unifying of Negroid Africa. It may prove to be second only to contribution Negroid African Self Reliance Movement make having real time communication. We are being practical plus moving forward with nothing to fear but evolution of dumping useless old ways.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page