Droits des enfants : Le programme Sida CSO-2022-2026 lancé à Dédougou

publicite

Trois structures de la société civile (l’Association D’appui et d’Eveil Pugsada (ADEP), BANKY VERT et Plate-forme d’Actions pour la Sécurisation des Ménages Pastoraux (PASMEP) ont lancé le vendredi 18 novembre 2022 à Dédougou, le programme « Sida CSO 2022-2026 : Renforcement des Capacités des Organisations de la société civile ». C’est un projet de cinq ans qui va œuvrer dans la protection des droits de l’enfant.

La suite après cette publicité

Sida CSO 2022-2026 est un projet de renforcement des capacités des organisations de la société civile sur les droits des enfants et des jeunes filles. Au Burkina Faso, il vise à renforcer la participation et la mobilisation de la société civile et des enfants dans la défense de la réalisation des droits de l’enfant. Il a été initié par Save the Children Suède (SCS) et financé par la coopération suédoise à hauteur de 3,5 millions de dollars au Burkina Faso.

Les participants

Il couvre les régions du Centre, du Centre-nord, du Nord et de la Boucle du Mouhoun. Sa mise en œuvre dans la Boucle du Mouhoun incombe à trois associations œuvrant dans ce domaine, à savoir l’Association D’appui et D’Eveil Pugsada (ADEP), la Plate-forme d’actions pour la sécurisation des ménages pastoraux (PASMEP) et l’Association Bankuy Vert. Le lancement du projet est intervenu ce vendredi 18 novembre 2022 à Dédougou, au cours d’un atelier qui a permis à chaque partenaire de présenter son plan d’activités et sa stratégie de mise en œuvre.

Pour le chargé de projet à l’ADEP, Amadou Désiré Thiombiano, les acteurs de la mise en œuvre du projet comptent travailler à mobiliser les jeunes filles en leur donnant des compétences nécessaires afin que leurs droits soient respectés et qu’elles deviennent des leaders.

Amadou Désiré Thiombiano, chargé de projet à l’ADEP

« L’ADEP va former des acteurs de la région pour la promotion des droits de l’enfant. Dans notre démarche, des ‘’gouvernements scolaires’’ seront mis en place dans 20 écoles. Nous allons redynamiser le parlement des enfants et faire en sorte que ces derniers soient à mesure de faire des plaidoyers auprès des pouvoirs publics pour revendiquer leurs droits », a-t-il laissé entendre. Il a souhaité que les réseaux travaillent en synergie d’actions pour qu’aucun enfant ne soit victime d’une violation de ses droits. Il a donné l’assurance que le travail sera à la hauteur et que tous les objectifs fixés seront atteints à l’issue des cinq ans, durée du programme.

Abdoulaye Ouattara

Abdoulaye Ouattara, qui représentait le gouverneur, s’est réjoui de la présence de ce projet, combien important pour sa région. Il a appelé les acteurs à travailler ensemble pour mériter la confiance du bailleur. « Nous allons veiller à la mise en œuvre de ce projet. L’enfant est l’adulte de demain et la réussite de ce programme est importante pour les enfants », a-t-il souligné. Egalement, il a réaffirmé l’engagement des autorités de la région à accompagner les acteurs pour le bonheur des enfants de la Boucle du Mouhoun.

En rappel, membre du consortium de la mise en œuvre de projet, l’Association D’appui et d’Eveil Pugsada (ADEP) est une organisation féminine de la société civile burkinabé engagée pour la promotion et la protection des droits des filles. Créée en 1995, elle est reconnue d’utilité publique 2013 par l’Etat. Ses domaines d’actions sont entre autres, l’éducation des filles, la santé de la reproduction, la lutte contre les violences de genre, le civisme et citoyenneté et l’entreprenariat féminin.

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page