Prix PaxSahel : Les lauréats de la 6e édition dévoilés !

La soirée du vendredi 25 novembre 2022 a marqué la remise des prix du concours PaxSahel organisé par le Réseau d’Initiatives de Journalistes (RIJ) et ses partenaires. C’était l’occasion également pour le RIJ de commémorer en différé ses 20 ans d’existences. 

La suite après cette publicité

Le Prix PaxSahel pour le Journalisme Sensible aux Conflits est une récompense décernée par le Réseau d’Initiatives de Journalistes (RIJ). Ce réseau entend faire la promotion du journalisme soucieux du vivre-ensemble et d’un traitement professionnel des sujets liés aux conflits. Pour la 6e édition, des journalistes ayant eu la belle plume pour le traitement des sujets relatifs aux questions liées aux conflits ont vu leur effort récompensé.

Sur 28 œuvres au départ, 17 ont retenu l’attention des membres du jury. Après délibération, les lauréats des différentes catégories se présentent comme suit : Catégorie presse écrite, Kamélé Fayama des Editions Sidwaya remporte le premier prix avec son œuvre « Conflit foncier à Kankounadeni : un feuilleton ensanglanté ».

Quant à la catégorie Radio, c’est Liradan Ada Philippe de la radio Oméga qui se hisse à la première place avec son œuvre « Conditions des élèves délacés internes à Tougan : Le calvaire du supplicié du terrorisme ». Maxime Bambara de la télévision 3TV rafle le premier prix dans la catégorie télévision et Mobile Journalisme (MOJO), avec son œuvre « Les personnes déplacées internes de Ouahigouya : Immersion dans des sites des personnes déplacées internes de Youba 2 ».

« Ce prix représente pour moi une invite à plus d’ardeur, à continuer dans le sens de l’excellence, parce que vous savez que ce qui ce passe dans notre pays, nécessairement, il faut cultiver l’excellence dans tout ce que nous faisons », s’est réjoui L. Ada Philippe, lauréat de la catégorie Radio.

Lire aussi 👉👉 Prix PaxSahel en journalisme : La 6e édition officiellement lancée

Présent à cette cérémonie de remise de prix, le ministre de la Communication, Jean Emmanuel Ouédraogo a salué cette initiative du RIJ. Car dit-il, « Le Burkina Faso a besoin d’hommes de médias bien formés qui puissent être au diapason des enjeux du moment. Le pays traverse des moments difficiles. On a besoin d’informations saines et apaisantes. Je pense que c’est aujourd’hui le rôle qu’on attend des journalistes ».

JEAN-EMMANUEL-OUEDRAOGO, ministre de la communication

Les lauréats faut-il le savoir ne sont pas rentrés les mains vides. Ordinateurs, attestations, trophées, et des enveloppes dans certaines catégories ont fait la nature des lots.

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page