Délocalisation du marché à bétail de Ouaga Inter : Une poudrière complexe !

« Le Président de la Délégation spéciale de la Commune de Ouagadougou a l’honneur d’inviter les commerçants du marché à bétail de Ouaga-Inter à libérer lesdits lieux au plus tard le 30 novembre 2022 », indiquait le  26 novembre passé, un communiqué de la délégation spéciale de la mairie de Ouagadougou. Cet ultimatum, il faut le dire, n’a pas été respecté. C’est ce qu’une équipe de Burkina 24 a pu constater sur le terrain ce 30 novembre 2022. Selon les responsables du marché à bétail en question, le Médiateur du Faso, qui s’est saisi de ce dossier qui oppose les marchands à bétail de Ouaga Inter à la mairie, a pu calmer la situation. Cette affaire qui date de l’ex-bourgmestre de la ville de Ouagadougou a même créé la scission chez les marchands à bétail partagés entre ceux qui acceptent la délocalisation et ceux qui la refusent. Nous avons écouté les deux parties, chacun défendant mordicus son choix. 

La suite après cette publicité

Le déguerpissement des occupants du marché à bétail de Ouaga-Inter prévu par la mairie ce 30 novembre 2022 a été avorté. « Effectivement, nous avons eu plusieurs altercations avec la mairie qui par finir a déposé ses preuves chez le Médiateur du Faso qui nous a appelés pour en discuter.

On s’est entendu et la mairie a décidé de renoncer à la date de déguerpissement prévu pour le 30 octobre 2022″, a révélé Souleymane Tiemtoré, Secrétaire général de l’association Wendsongdo des commerçants de bétails.

La nouvelle gare de Ouaga Inter a été inaugurée le jeudi 8 avril 2021. Depuis, les transporteurs n’ont pas pu rejoindre leur site parce qu’ils étaient prévus que le marché à bétail situé juste derrière la gare routière de Ouaga Inter déménage pour un autre site mis à leur disposition.

C’est là que se situe justement la pomme de la discorde. Une bonne partie des vendeurs de bétails de Ouaga Inter estiment avoir « été pris pour des moutons » dans cette affaire de délocalisation. 

L’origine du problème

Selon les explications de Souleymane Tiemtoré, l’origine du problème remonte à la gestion de l’ancien édile de la ville de Ouagadougou, Armand Pierre Béouindé qui portait le projet de la nouvelle gare routière de Ouaga Inter. Les occupants du marché à bétail de Ouaga Inter ont indiqué que Armand Béouindé pour les délocaliser leur avait promis un autre site avec un certain nombre de commodités qui n’ont pas été respectées.

« On nous a fait de fausses promesses, raison pour laquelle en ne veut pas rejoindre. Sinon, nous-mêmes on  veut quitter ce site pour un autre. Mais nous avions eu des entretiens avec l’ancien maire Armand Béouindé, il nous avait donné le plan d’un site de délocalisation.

Si vous vous rappelez, les pluies diluviennes du 1er septembre 2009 a fait beaucoup de sinistrés dans un quartier (Lanoag-Yiri, NDLR) de Ouagadougou et on était obligé de délocaliser ses habitants à Yagma. Et bien c’est dans ce quartier inondable que le maire Armand Béouindé a choisi le site du nouveau marché à bétail pour nous relocaliser.

Nous avons opposé un refus parce que la zone est inondable. Le maire Armand Béouindé nous a assurés qu’ils ont les moyens. Il a promis qu’ils vont mettre les moyens pour réaménager le site de sorte que le marché à bétail soit en hauteur et que les eaux de ruissellement passent par le bas. On a applaudi. Il a poursuivi en nous disant que dans son plan, le nouveau marché de bétail va abriter en même temps un abattoir, avec plus commodités.

Il nous a assurés qu’il fera en sorte que le site soit visible depuis la route Ouaga-Kombissiri, car il a prévu une voie d’accès qui va donner directement sur ledit marché. Il nous a assurés que même la nuit le marché sera éclairé comme la journée. On a été d’accord. Aujourd’hui la délégation spéciale nous dit de déguerpir de notre site pour rejoindre le nouveau site choisi par le maire Armand Béouindé à l’époque.

Pourtant rien n’y a été fait. Ils ont fait un forage sur le site, une seule latrine pour les 3000 marchands que nous sommes et une clôture dont la hauteur ne dépasse pas un mettre. Pas de voie, rien. Pourtant, il y a de gros camions qui quittent l’extérieur et fréquentent très bien le marché. Nous vendons des moutons, mais nous ne sommes pas des moutons », a expliqué Moussa Nikièma, vendeur de bétail au marché à bétail de Ouaga Inter, dans une colère froide.

Moussa Nikièma, vendeur de bétail au marché de bétails de Ouaga Inter

Celui-ci assure néanmoins que s’il y a un minimum d’amélioration sur le nouveau site, ils sont prêts à le rejoindre. « Dans le cas contraire, on ne bouge pas d’ici. La mairie avait dit qu’elle allait nous déguerpir d’ici aujourd’hui. Nous les attendons de pied ferme », a-t-il menacé avant de marteler, « nous sommes prêts à mourir pour cela, s’il le faut ».

Mais le constat est que certains des leurs ont quand même rejoint le nouveau site. Interrogé sur la question, ceux qui refusent de rejoindre le nouveau site nous font comprendre que ceux qui y sont ne dépassent pas 10 personnes et qu’ils sont en réalité de connivence avec leur ancien président de marché qui était en bons termes avec l’ancien maire Armand Béouindé.

Nous nous sommes déportés alors sur le nouveau site pour faire le constat. Effectivement, sur la route nationale n°5, à hauteur du quartier de la trame d’accueil, en laissant la route nationale, une voie plus ou moins sinueuse nous fait déboucher au nouveau site du marché à bétail.

Ce lieu est peu fréquenté. Nous y avons trouvé une dizaine de marchands de bétail, à peine 10 bœufs et autant de petits ruminants. Le site comporte effectivement une seule latrine des lampadaires et pas de voie droite d’accès à la route nationale n°5.

Les commerçants que nous avons rencontrés sur place nous ont informés qu’ils ont choisi de venir rester dans ce site en attendant les commodités. En effet, selon Bernard Compaoré, porte-parole des commerçants de bétails au nouveau site (Lanoag-Yiri), le problème oppose deux associations de marchands de bétail, l’association  Wendsongdo des commerçants de bétails qui avec leurs membres sont toujours dans l’ancien site et l’association des importateurs de bétails Burkina-Ghana qui sont dans le nouveau marché.

Tous faisaient pourtant partie d’une même association dont Bernard Compaoré et ses compagnons tenaient la présidence. Mais leur scission est née de l’affaire de la relocalisation du marché par Armand Béouindé et d’une « supposée » mauvaise gestion. Bernard Compaoré et ses membres reconnaissent avoir été destitués de la présidence du Marché de bétail de Ouaga-Inter.

Cependant, ont-ils indiqué, sous leur magistère, ils se battaient pour que les commerçants du marché de bétail de Ouaga-Inter aient leur propre site. C’est de là, ont-ils dit, que le maire Armand Béouindé leur a trouvé le nouveau site situé à Lanoag-yiri.

Concernant la route, les commerçants qui ont accepté aller sur le nouveau site reconnaissent qu’elle n’est pas très bonne pour eux, mais ils comptent faire avec jusqu’à ce que l’État trouve une solution, ce d’autant plus que des camions peuvent y passer selon eux. 

Bernard Compaoré, porte-parole des commerçants de bétails au nouveau site (Lanoag-Yiri)

Une bombe désamorcée

Il faut signaler que pendant que nous y étions, nous avons rencontré une équipe de topographes de la mairie qui y faisait des mesures.

C’est une histoire assez complexe, mais pour l’heure, les commerçants de bétails de Ouaga Inter qui ont refusé de s’installer sur le nouveau site n’ont pas été déguerpi comme promis par la mairie ce 30 novembre 2022. Un terrain d’entente est en train d’être trouvé.

La mairie, selon Souleymane Tiemtoré, porte-parole des marchands de bétail de Ouaga Inter, compte arranger la voie d’accès du nouveau site, délimiter correctement le lieu et aider les commerçants à avoir des hangars. Cette bombe sociale est, ainsi, en train d’être désamorcée…

Hamadou OUEDRAOGO

Burkina 24 

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page