Burkina Faso : Bientôt toute personne qui prétend briguer un poste électif ou nominatif devra présenter un quitus fiscal

À l’issue de la séance plénière qui a abouti à l’adoption du budget de l’État, exercice 2023 le samedi 24 décembre 2022, le ministre en charge des finances, Aboubacar Nacanabo n’a pas manqué d’exprimer satisfaction. Et pour lui, ceci prouve que les membres du gouvernement ainsi que ceux de l’ALT sont tous mobilisés pour la cause commune: La reconquête du territoire national. 

La suite après cette publicité

Aboubacar Nacanabo s’est aussi attardé sur le contexte combien difficile dans lequel le budget 2023 est adopté, un contexte marqué par la crise ukrainienne et la situation sécuritaire liée au terrorisme.

«Dans ce contexte, il faut arriver à élaborer un budget qui répond aux quatre piliers de la transition à savoir, le pilier 1 qui est la sécurité, le pilier 2 l’action humanitaire, le pilier 3 l’amélioration de la gouvernance et le pilier 4 qui concerne tout ce qui porte sur la réconciliation, la solidarité et la cohésion sociale», a-t-il dit.

Selon les précisions de Aboubacar Nacanabo, en termes de recettes, le budget 2023 se chiffre à 2 631,3 milliards et à 3 235,9 milliards de francs CFA en pour ce qui est des dépenses.

«Ce qui dégage un déficit de 600 milliards qui correspond à des efforts à fournir pour mobiliser davantage. Donc il faut aller rechercher ces 600 milliards et nous allons travailler pour ça tout au long de l’année 2023», a-t-il confié.

Désormais au Burkina Faso, si vous prétendez à un poste électif ou nominatif, selon le ministre Nacanabo vous devez présenter un quitus fiscal qui prouve que vous êtes à jour de vos impôts.

« Donc si vous voulez être nommé à un poste, il faut montrer votre quitus qui montre que vous avez payé la taxe de résidence, que vous avez payé la contribution foncière sur les propriétés bâties et non bâties, si vous avez des propriétés, que vous avez également payé la taxe sur les véhicules à moteur, si vous avez un véhicule. 

C’est tout cela qui montre que la personne qui prétend à un poste que ça soit électif ou que ça soit nominatif est une personne qui fait preuve de civisme fiscal, et c’est quelque chose que tout le monde doit encourager et soutenir car c’est comme ça que nous allons construire le Burkina Faso », a-t-il soutenu.

30% de ce budget reviennent à l’éducation nationale, le ministre en charge des finances a souligné qu’aujourd’hui, il faut mettre l’accent sur la formation «parce que l’élite ne peut pas contribuer au développement économique et social du pays, s’il n’y a pas une formation adéquate», a-t-il soutenu en précisant que ces 30% englobent le préscolaire, le primaire, le secondaire, le supérieur et la formation professionnelle.

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page