« La France n’a plus de pré carré en Afrique » (Emmanuel Macron)

Le Président français Emmanuel Macron a estimé ce lundi 27 février 2023 que l’Afrique ne devait plus être un « pré carré », annonçant une prochaine « diminution visible » des effectifs militaires français sur le continent et plaidant pour une relation « équilibrée » basée sur des « investissements » plus que sur des aides. 

La suite après cette publicité

Sur le plan militaire, « la transformation débutera dans les prochains mois avec une diminution visible de nos effectifs et une montée en puissance dans ces bases de nos partenaires africains », a déclaré le chef de l’Etat français, dans un discours prononcé à la veille d’une tournée africaine.

Il a promis que cette évolution serait accompagnée d’ « un effort accru de la France en matière de formation et d’équipement ». L’Afrique ne doit pas être un « pré carré » ou un terrain de « compétition », a insisté Emmanuel Macron, rejetant des « grilles de lecture du passé ».

Il a demandé de passer d’une « logique » d’aide à celle d’investissement, plaidant pour « une nouvelle relation équilibrée, réciproque et responsable » avec les pays du continent africain. Le président français a dit faire preuve « d’une profonde humilité face à ce qui se joue sur le continent africain », « une situation sans précédent dans l’histoire » avec « une somme de défis vertigineux ».

« Du défi sécuritaire climatique au défi démographique avec la jeunesse qui arrive et à laquelle il faut proposer un avenir pour chacun des États africains », a-t-il énuméré, appelant à « consolider des États et des administrations, investir massivement dans l’éducation, la santé, l’emploi, la formation, la transition énergétique ».

Emmanuel Macron a aussi annoncé « une loi cadre » pour « procéder à de nouvelles restitutions » d’œuvres d’art « au profit des pays africains qui le demandent ».

Cette loi « sera proposée dans les prochaines semaines par la ministre de la Culture à notre Parlement » et « permettra de fixer la méthodologie et les critères pour procéder » à ces restitutions, « reposant sur un partenariat culturel et scientifique pour accueillir et conserver ces œuvres », a-t-il poursuivi.

Il a indiqué souhaiter « que cette démarche puisse s’inscrire dans une dynamique plus large et également une dynamique européenne ».

Sources : VOA Afrique et AFP 

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page