Rencontre annuelle Gouvernement/Syndicats : À la recherche de solutions justes aux problèmes des travailleurs

 

La rencontre annuelle Gouvernement/syndicats des travailleurs 2013 se tient ce lundi 18 novembre. Mise en œuvre   des engagements pris par le gouvernement lors des précédentes rencontres, pouvoir d’achat et libertés syndicales à nouveau, relecture de la grille salariale, secteur industriel, sont au menu de cette rencontre, voulu par le Gouvernement comme un cadre de recherche de solutions justes.

De gauche à droite, Tolé Sagnon, des centrales syndicales, Vincent Zakané ministre de la fonction publique et le chef du Gouvernement, Luc Adolphe Tiao. Ph. Evrard

De gauche à droite, Tolé Sagnon, des centrales syndicales, Vincent Zakané ministre de la fonction publique et le chef du Gouvernement, Luc Adolphe Tiao. Ph. Evrard

Les responsables des différents syndicats des travailleurs du Burkina discutent ce lundi avec les membres du Gouvernement pour trouver une solution aux problèmes des travailleurs burkinabè. C’est le chef du Gouvernement, Luc Adolphe Tiao, qui a procédé à l’ouverture de la rencontre annuelle Gouvernement/Syndicats des travailleurs 2013.

Pour les syndicats, il s’agit à cette rencontres de faire le point des engagements pris par le gouvernement en 2012 concernant le pouvoir d’achat et les libertés syndicales. « Il faut, , faire l’état de la mise en œuvre de tous ces engagements pour voir si nous progressons »,  a déclaré Tolé Sagnon, président du mois des centrales syndicales.

En plus de ces préoccupations liées à la mise en œuvre des engagements, il est question de discuter de nouvelles revendications soumises au gouvernement en 2013 qui concernent à nouveau le pouvoir d’achat, les libertés mais aussi l’état du secteur industriel. Ce secteur, a souligné Tolé Sagnon, connaît de nombreux problèmes. « Le mouvement syndical attend du gouvernement un regard particulièrement attentif sur ce secteur, afin de préserver les emplois et promouvoir la production et la consommation nationale » a-t-il indiqué.

Autant de préoccupations qui constituerons le menu des négociations. Et cette fois, les syndicats espèrent ne pas attendre trois mois pour voir des résultats. Pour le chef du gouvernement, rappelant les importantes mesures déjà prises le gouvernement en septembre, mesures saluées d’ailleurs par les syndicats,  il est important de garder à l’esprit « nous sommes dans un pays qui a des ressources limitées et qui a de nombreuses priorités ». Et à ses yeux, la rencontre annuelle Gouvernement/Syndicat des travailleurs offre une occasion de rechercher des solutions justes aux problèmes des travailleurs. C’est aussi « un outil pertinent de promotion de la paix et de la consolidation des acquis démocratiques ». C’est d’ailleurs à cet aspect des rencontres Gouvernement/Syndicat que le thème de celle de 2013 fait écho : « Promouvoir le travail décent et renforcer le dialogue social pour une paix durable ».

 
 
 

7 Commentaires

  1. filston dit :

    Nous voulons du concret avant 2014:augmentation des salaires,indemnités,suppression des uits et autres taxes inutiles…

  2. L'ENFANT INTEGRE dit :

    Qu’ils revoient le salaire de base des catégories les plus démunies car un minium de salaire dévait etre réversé à toutes laes catégories maintenant en fonction des grades on ajoute un peu par exemple cat d 75000 cat c 100000 cat b 120.000 cat a 135000 à cela on ajoute les indemnités et on abat encore l’IUTS à 75/100.c’est ma proposition et comme sa chaque fonctionnaire aura au moins 100000f comme salaire mensuel vue la cherté de la vie tous ce qu’on paye est taxé.Vraix ou faut?

  3. le fran dit :

    que le gouvernement sache que le salaire du fonctionnaire moyen burkinabé ne le permet pas de vivre et c’est ce qui emmene la mauvaise gestion dans l’administration donc de grace

  4. Yampasséké dit :

    Pourquoi continuer à discuter avec un premier ministre sans aucun pouvoir ?
    Pour moi si je devais qualifier notre premier ministre actuel je dirais qu’il est:
    Arrogant, incohérent, experts en sorties hasardeuses, imbattable en promesses en l’air et n’a aucun respect pour parole donnée. Dans une société éclairée : on réfléchit, on tourne sa langue plusieurs fois dans sa bouche avant de parler mais c’est dommage mais (sans méchanceté). Donc je ne vois pas vraiment l’intérêt de perdre du temps et de l’argent à discuter, car comme on le dit chez nous le morceau de bois à beau durée dans l’eau il ne sera jamais caïman.

  5. Johnon dit :

    QUE CETTE RENCONTRE NE SOIT PAS DE TROP POUR NOUS TRAVAILLEURS.DEPUIS QUE LE MOT DIALOGUE EST EMPLOYE AU QUOTIDIENT PAR LE GOUVERNEMENT AVEC LES SYNDICATS,LES TRAVAILLEURS ATTENDENT TOUJOURS COMME LE RETOUR DE JESUS.

  6. TANGAYE dit :

    De grace,nous attendon du concret. et dans limmediat,en tout cas avant 2015.

  7. blokis dit :

    que le dba soi franc é direct

 
 

Réagir à cet article

 




 
 
 
 
petites annonces immonbilier du Burkina faso
Un instant svp...