Article 81 de la Constitution : Harouna Dicko appelle à la vigilance des députés

L’article 37 revient encore dans l’actualité. Et c’est Harouna Dicko, le président du  Rassemblement politique nouveau (RPN) qui l’a réveillé dans une pétition adressée aux députés de l’Assemblée nationale publiée ce jeudi 23 février dans la presse nationale. Il estime que la révision annoncée de l’article 81 de la Constitution peut cacher une volonté de révision de l’article 37.

La suite après cette publicité
Harouna Dicko, président du RPN Ph: Lefaso.net

Le Conseil des ministres du 25 janvier dernier adoptait un projet de loi modificatif de l’article 81 de la Constitution afin de permettre aux députés de prolonger leur mandat jusqu’aux élections couplées. Ledit article dispose que le mandat des élus du peuple est fixé à cinq ans.

Harouna Dicko, le président du RPN, y voit un danger. Pour lui, « le gouvernement n’a aucune contrainte de loi à faire une révision constitutionnelle afin de fixer la date des élections législatives à novembre 2012« . Même s’il admet que le gouvernement invoque cette modification afin  » d’éviter un vide institutionnel » et  de permettre aux  » honorables députés, de siéger et de voter les lois nécessaires aux réformes après le 5 mai 2012« .

Pour lui, ce projet de loi peut cacher une anguille. Elle peut être « encore une interprétation erronée des dispositions des lois en la matière« . Ou, et c’est ce qui intéresse le contexte actuel du Burkina, « une autre manœuvre de sa ligne de mire dont le point final est la révision de l’article 37 de la Constitution« .

Il invite par conséquent les députés à la vigilance lors de l’examen du projet de loi en question.

publicite


publicite

Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page