Coup d’État au Mali: la CEDEAO veut le retour du Gouvernement légitime

Le coup d’État intervenu au Mali et annoncé aux premières heures du jeudi 22 mars a déclenché une vague de condamnations dont celle de la CEDEAO, organisation d’intégration sous-régionale dont est membre le Mali. Dans un communiqué rendu public hier jeudi, la CEDEAO demande le retour au pouvoir du gouvernement légitime.

La suite après cette publicité

« Par cet acte inconstitutionnel, la junte s’est automatiquement éloignée et disqualifiée de la Communauté et la CEDEAO lui lance un appel pour qu’elle cède immédiatement le pouvoir au Gouvernement légitime pour permettre au pays de retourner à la normalité constitutionnelle ». Les termes du communiqué, signé du nouveau président de la commission, Kadré Désiré Ouédraogo, ne laissent pas de doute sur la détermination de la CEDEAO à ne tolérer aucun coup d’Etat dans ses États membres.

En effet, la CEDEAO a adopté en 2001 le protocole additionnel sur la démocratie et la bonne gouvernance qui interdit notamment  « tout changement anti-constitutionnel » de pouvoir. La commission de la CEDEAO condamne donc fermement « cette usurpation du pouvoir du Gouvernement démocratiquement élu » qui serait contradictoire au protocole additionnel sur la démocratie et la bonne gouvernance.

Le coup de force de la junte intervient à un moment où le Mali se préparait aux élections présidentielles. Mais il intervient surtout à une période de conflit au Nord du pays, entre forces gouvernementales et les rebelles du Mouvement national pour la libération de l’Azawad . La nouvelle situation complique ainsi davantage la gestion de ce conflit qui a justifié ce coup de force d’une partie de l’armée malienne. Dans son communiqué la Commission de la CEDEAO « prévient le Mouvement rebelle du MNLA de se désister de prendre avantage de cette situation pour perpétrer des atrocités et s’accaparer du territoire du Nord ».

Du reste, la Commission, qui suit de près l’évolution de la situation, entend prendre « toutes les mesures nécessaires pour assurer le maintien de la paix et de la sécurité dans la région. »

publicite


publicite

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Articles similaires

3 commentaires

  1. Qu’attend Ouattara pour contraindre les mutins a quitter le pouvoir. Nous attendons la force de la CEDEAO, la force fran?aise etc… Qui ?taient si motiv?es et surexcit?es hier pour contraindre le President Gbagbo qui n’avait pas fait de coup d’?tat!!! Il ?tait d?clar? President par le conseil constitutionnel de son pays… Pauvre Afrique!!!!!

  2. Les b?rets rouges ont fait un repli tactique? La t?l? a ?t? coup? pendant une trentaine de minutes puis, plus rien.

  3. A l’heure o? je vous ?cris (21h30 TU) l’arm?e loyaliste contre-attaque, la radio-t?l?vision serait entour?e et la route vers Kati est bloqu?e. Malheureusement aucun site burkinab? en live pour d?battre. Vous dormez, la presse burkinab?? Changez de comportement parce l’information a chang? de vitesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page