19e sommet de l’UA : le Burkina Faso félicité pour sa politique de développement tant social, économique que politique

1504 5

A l’occasion du 19ème Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA), le Président du Faso, M. Blaise COMPAORE, a fait un brillant exposé sur le 3ème rapport d’étape de mise en œuvre du programme d’actions national, lors du Forum sur le Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP) le 14 juillet 2012 à Addis Abeba en Ethiopie. 

Tous les pans du développement du pays ont été expliqués avec une clairvoyance qui a retenu l’attention des chefs d’Etat et autres personnalités présents à ce forum. Pour le Président Blaise COMPAORE, le MAEP est un «vrai creuset d’échanges et de partage», avec les autres pays, ses propres expériences en matière de gouvernance politique et démocratique, économique, administrative…

Sur le plan de sa gouvernance politique et démocratique, le Burkina Faso a engagé un processus de réformes politiques pour consolider la démocratie et l’Etat de droit. A titre d’illustration, le Président du Faso a parlé de la création du Conseil consultatif sur les réformes politiques (CCRP), composé de membres représentant les partis politiques de la majorité et de l’opposition, la société civile, le secteur privé et les autorités coutumières et religieuses. Toujours sur le plan de la gouvernance politique, le défi majeur de l’année 2012 reste selon le Président du Faso, « l’organisation des élections couplées législatives et municipales avec l’introduction de la biométrie ».

Concernant la gouvernance administrative, le Président du Faso a informé ses pairs de la décongestion des actes de gestion des carrières entreprises par le Ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale pour rendre « l’administration publique plus efficace et plus efficiente ».

L’exemple de la bonne gouvernance économique au Burkina Faso a été noté à travers le cas de l’opérationnalisation des systèmes pôles de croissance. Le projet Pôle de croissance de Bagré qui est le projet pilote d’un coût global de 133, 7 millions de dollars US soit environ 67 milliards de francs CFA a été lancé le 5 avril 2012.
Ce projet aura des retombées considérables sur l’économie burkinabè, en termes d’investissements, de création d’emplois et de richesse. En effet, il créera plus de 30 000 emplois et favorisera la production de 300.000 tonnes de produits agricoles supplémentaires. Autres caractéristiques de la gouvernance économique: le secteur minier.
Le boom minier au Burkina Faso a positivement édifié plus d’un membre du Forum : 32,60 tonnes d’or en 2011, contre 23,08 tonnes en 2010, soit une augmentation de 41%. La production en attente pour l’année en cours pourrait atteindre les 42 tonnes. Environ 127,43 milliards de francs CFA ont été reversés au budget de l’Etat au titre des recettes minières en 2011. 4556 emplois permanents ont été dénombrés dont 93% occupés par des nationaux.

Dans le domaine de la gouvernance des entreprises, Blaise COMPAORE a mentionné « les réformes qui ont été faites dans ce secteur et qui ont permis au Burkina Faso de progresser de trois points dans le classement « Doing Business Better 2011 » en passant de la 154ème à la 151ème place sur un total de 183 pays.

Le développement socioéconomique du Burkina Faso n’a pas été en reste : il y a eu la prise de mesures sociales significatives pour juguler la crise et celles portant sur l’accès aux services sociaux de base. La subvention des produits de première nécessité d’un montant de 5 milliards de francs CFA et la mise en place des boutiques témoins pour la vente de vivres à prix social sont entre autres des exemples dans ce domaine.

Il y a une batterie de mesures qui concourent à l’amélioration des conditions de vie de la population. Et le Président du Faso a été chaudement salué par l’assistance sur les politiques qu’il a insufflé: l’accès au logement, l’accès à l’eau potable, l’accès à l’assainissement, à l’énergie, auxquels s’ajoute une politique sans précédent en matière de santé témoigne de la volonté du gouvernement d’asseoir un développement durable au Burkina Faso.

C’est ainsi que, pour le Président sénégalais, Monsieur Macky SALL, président du Forum, « il faut honnêtement saluer la qualité du rapport du Burkina, la précision dans toutes les informations qui ont été données sur les politiques de développement tant au plan politique, économique qu’au plan social ». Au nom de ses pairs, il a par ailleurs félicité le Président Blaise COMPAORE pour son « rôle éminent dans les efforts de la promotion de la paix et de la stabilité en Afrique de l’Ouest à travers son rôle de Médiateur dans la plupart des conflits » qui malheureusement a-t-il dit, « continuent de miner l’Afrique de l’Ouest ».
Selon le Président Macky SALL, le Burkina de Blaise COMPAORE, à travers ses réformes entreprises pour promouvoir la gouvernance, fait œuvre de « pionnier en Afrique de l’Ouest dans le cadre de la modernisation de son agriculture ».

Prenant également la parole, le Président sud-africain M. Jacob ZUMA a tenu à féliciter le Burkina Faso et le Président Blaise COMPAORE pour ce rapport « merveilleux ». Le Burkina Faso, affirme Jacob ZUMA, a permis « plus de participation populaire dans les prises de décision … et doit être également félicité pour avoir créé un Ministère en charge de la Promotion des Droits humains ».

Réagissant à tous ces témoignages de sympathie pour son rapport cité en « exemple », le Président du Faso a fait savoir qu’à travers ces partages d’expériences, « le Burkina Faso gagne en force et en conviction sur ce qu’il doit entreprendre comme réformes pour sa détermination à bâtir avec tous les burkinabè et les amis du Burkina Faso, un pays crescendo émergent…».

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Il y a 5 commentaires

  1. Zie Abdramane N.OUATTARA |

    Joli rapport presente par le PRESIDENT DU FASO.Il presente les efforts fornis par l’ETAT BURKINABE pour son emergence.Ainsi ce dit merite donc d’etre felicite et des encouragement pour notre ETAT a continuer dans ce sens car seul le travail rend independant.
    Notons par ailleurs qu’il comporte tant de projet en cours de realisation qui doivent etre suivre de pres pour une gestion plus efficace et plus efficiente; car il ne s’agit pas de les mensionner dans le rapport afin de l’enrichir puis apres les oublie dans les tirroirs; mais plutot s’assurer de leurs suivis et leurs realisations.

  2. Ce n'est pas tant le pr?sident du Faso que le secr?taire G?n?ral du MAEP est son ?quipe qu'il faut f?liciter… cqfd

  3. Ce n'est pas tant le pr?sident du Faso que le secr?taire G?n?ral du MAEP est son ?quipe qu'il faut f?liciter… cqfd

  4. Quand des valeurs nous sont reconnues et f?licit?es, on ne peut qu’en ?tre fier! F?licitation au peuple burkinab? et ? ces dirigeants pour ces avanc?es sociales, ?conomiques, et politiques.

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Article du même genre

2018 : Les vœux du MPP

Posté par - 30 décembre 2017 0
A l’orée de l’année 2018, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) présente ses vœux aux Burkinabè. Chers concitoyens !…