Théâtre : « Verre Cassé », un monologue qui détonne

1862 0
L’acteur Charles WATTARA

La fin de la saison culturelle se dessine au Burkina Faso. Certaines salles ont déjà baissé leurs rideaux. Au Carrefour International de Théâtre de Ouagadougou (CITO), le temps n’est pas encore au repos. Une semaine encore avant de ranger les décors. Avant cela, cette salle très connue de l’ensemble des burkinabè présente, jusqu’au 28 juillet 2012, sa dernière création théâtrale intitulée Verre Cassé.

Le Crédit a voyagé, un lieu mythique pour un personnage loqueteux de la trame de Verre Cassé. Dans ce point de rencontre où les alcooliques de tout acabit viennent noyer leur désespoir, Verre Cassé se fait le reporter de l’Escargot entêté, patron de Le Crédit a voyagé et d’une époque où la musique faisait trémousser tout bon buveur qui traînait en ces lieux. Il nous transporte dans le quotidien d’une ribambelle de clients dont l’imprimeur et l’homme avec des couches bébé. Le premier de ces messieurs a quitté la France pour s’être amouraché d’une femme qui l’a trompé avec son fils. Le second a été jeté en prison pour avoir trompé sa femme jalouse qui l’a accusé de pédophilie. Verre Cassé lui-même ne s’est pas retrouvé parmi les clients fidèles de ce bar par hasard. Son éviction de son poste d’enseignant, la mort de sa mère noyée dans le fleuve sont autant de raisons qui ont jeté ce monsieur sur les sentiers du désespoir.

Dans une mise en scène de Paul P. ZOUNGRANA, cette pièce nous entraîne dans l’univers d’un maquis (bar) moderne où le DJ (Verre Cassé lui-même), nous expose, dans une ambiance déchaînée, les turpitudes des autres personnages. Charles WATTARA, l’acteur de ce monologue, passe du récit d’un personnage à un autre avec une aisance qui dénote les aptitudes d’un comédien expérimenté. Intégrant judicieusement la vidéo, la mise en scène innove en apportant une autre couleur au jeu de l’acteur. Pas de répit. L’esprit du spectateur est embarqué dans une sorte de transe.

S’adaptant aux faits actuels de nos sociétés africaines, la réécriture du texte faite par Mahamadou TINDANO s’est inspirée du roman Verre Cassé de l’écrivain congolais Alain MABANCKOU. Il a respecté les normes d’un travail artistique qui ne tord pas le cou aux idées maîtresses du texte de base. Un autre aspect notable de cette création est le travail scénographique réalisé autour de ce projet. En effet, Issa OUEDRAOGO (le scénographe) a intégré les spectateurs dans l’univers de cette épave humaine qui est maître des lieux. Les « hôtes » de Verre Cassé sont projetés dans ses digressions. L’espace s’y prêtant, il leur tourne autour, les prenant à témoin, passant entre les tables et allant se hisser sur le balcon de ses convives.

Slalomant entre le comique et le tragique, ce spectacle subjuguera le spectateur qui ne vient au théâtre que pour rire. Cette pièce lui permettra de comprendre que la vie est une source de dichotomie perpétuelle où pleurs et rires s’entremêlent.  

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

bktso1

Rialé est artiste-comédien et résidant a Ouagadougou.

Article du même genre