Madagascar : Amnesty accuse les forces de l’ordre d’actes de violence aveugle dans le sud

Amnesty International a publié cette semaine un rapport- Madagascar. Il faut mettre fin aux massacres et enquêter sur les forces de sécurité– mettant directement en cause les forces de l’ordre malgaches dans l’Opération Tandroka, lancée en septembre, qui aurait occasionné  l’homicide de 40 dahalos.

La suite après cette publicité

Selon ce rapport, la présence des forces de l’ordre malgache dans le sud du pays, pour mettre fin aux vols de zébus, se serait pour l’instant soldée par l’homicide de 40 dahalos (voleurs de bétail) et l’arrestation de 76 autres dans la région de l’Anosy. Des bandes de voleurs de bétail auraient tué 14 membres des forces de sécurité nationales plus tôt cette année.

Un rapport que remet en cause, Richard Ravalomanana, commandant de la gendarmerie. « Ce que je n’ai pas compris, c’est que le représentant d’Amnesty International ne soit pas descendu sur place, dénonce-t-il. Le deuxième problème, c’est qu’il devait savoir que ce sont les images, lors de cet affrontement entre la couche saine de la population et les malfaiteurs, qu’on a diffusées, par la voie médiatique, pour dire qu’il y avait du génocide dans le sud de Madagascar. »

publicite


publicite

Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page