Crise malienne: Communiqué de presse du médiateur de la CEDEAO à l’occasion de la 1ère rencontre entre le gouvernement de transition, Ansar Eddine et le MNLA

Son Excellence Monsieur Blaise COMPAORE, Président du Faso, Médiateur de la CEDEAO pour la crise au Mali, a reçu, séparément puis ensemble, ce jour 4 décembre 2012, une délégation du Gouvernement du Mali conduite par Monsieur Tiéman COULIBALY, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale, des représentants des groupes armés maliens dont le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) conduit par Monsieur Mahamadou Djéri MAIGA et le groupe Ansar Eddine conduit par Monsieur Alghabas AG INTALLA en vue d’échanger sur les perspectives de sortie de crise par le dialogue.

La suite après cette publicité

La rencontre a eu lieu en la présence des représentants du Président en exercice de la CEDEAO, du Médiateur associé et de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI).

A l’occasion de ces contacts préliminaires, le Médiateur a rappelé aux trois délégations les exigences de la CEDEAO et de la communauté internationale pour la résolution de la crise malienne.

La délégation gouvernementale a réaffirmé que l’engagement à respecter l’unité nationale, l’unité nationale, de l’intégrité du territoire, la forme républicaine et la laïcité est un préalable à l’ouverture du dialogue.

Les délégations des deux groupes armés maliens ont réitéré leur disponibilité au dialogue et ont exprimé au Médiateur et à la délégation gouvernementale leurs revendications.

Après des échanges ouverts, francs et fraternels, les trois délégations ont reconnu la nécessité de créer un cadre de dialogue inter malien, inclusif impliquant les représentants des différentes communautés vivant au nord du Mali.
Dans le cadre de ce dialogue, les délégations conviennent de se conformer aux principes ci-après :

-le recours au dialogue et à la négociation pour le règlement politique de la crise pour une solution définitive et équitable de la crise ;
-le respect de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale du Mali ;
-le respect des droits de l’Homme, de la dignité humaine, des libertés fondamentales et religieuses ;
-le respect de l’égalité entre les citoyens maliens ;
-le rejet de toute forme d’extrémisme et de terrorisme ;
-le respect des communautés maliennes.

En vue d’un dialogue utile et constructif, elles conviennent en outre:
-d’observer une cessation des hostilités ;
-d’éviter toutes formes d’exactions et de violence à l’égard des populations civiles et toutes formes d’incitation à la violence ;
-de créer les conditions nécessaires au retour des réfugiés et des personnes déplacées ;
-de créer un environnement de sécurité débarrassé de toutes formes de terrorisme et de criminalité transfrontalière organisée.

Les différentes délégations conviennent de se retrouver à une date qui sera fixée par le médiateur de la CEDEAO en vue de formaliser le cadre du dialogue inter malien.

A l’issue des échanges, les trois délégations ont réitéré leur gratitude au Médiateur, au Médiateur associé SEM. Goodluck Ebele Johnathan, au Président en exercice de la CEDEAO SEM Alassane OUATTARA et au secrétaire général de l’OCI (Organisation de la conférence islamique) pour leurs efforts visant à promouvoir le dialogue entre les maliens.

Fait à Ouagadougou le 4 décembre 2012.

Direction de la Communication de la Présidence du Faso

publicite


publicite

Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Articles similaires

Un commentaire

  1. bravo , mr compaor?, etre mediateur d'une si grande crise c'est pas facile, mais vous allez arriv? .nous prions tous pour que la paix revienne au mali sans verser le sang.Allez CEDEAO pour la promotion du dialogue entre les maliens

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page